•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poste d’ombudsman des victimes d’actes criminels vacant depuis neuf mois

Le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes vise à assurer que le gouvernement s'acquitte de ses responsabilités à l'égard des victimes d'actes criminels.

Une femme aux cheveux mi-longs devant une fenêtre.

Heidi Illingworth, ancienne ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels, a été très critique envers le gouvernement avant son départ.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Le gouvernement fédéral n'a toujours pas nommé d'ombudsman des victimes d'actes criminels, plus de neuf mois après le départ de la précédente personne responsable du bureau.

Personne ne dirige le Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels depuis le 1er octobre dernier et le ministère de la Justice n'a déclenché le processus d'appel de candidatures que depuis la fin février.

Pour le sénateur conservateur et militant de longue date pour les droits des victimes, Pierre-Hugues Boisvenu, il s'agit d'un poste essentiel et il a récemment dénoncé le très long délai dans le processus de nomination.

En juin, le sénateur Boisvenu s'est adressé à un comité de la Chambre des communes pour souligner que l'ombudsman aurait pu représenter une voix forte en faveur des familles des victimes dans le cadre de l'enquête publique sur la tuerie de 2020 en Nouvelle-Écosse.

La dernière personne à avoir occupé le poste, Heidi Illingworth, a été très critique envers le gouvernement en déclarant notamment que l'application de la Charte canadienne des droits des victimes, adoptée en 2015, se fait de manière sporadique et irrégulière.

Une personne responsable des communications au sein de l'équipe du ministre de la Justice David Lametti a répondu que les démarches devant mener au remplacement de Mme Illingworth sont en cours et que la nomination sera annoncée en temps et lieu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !