•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève chez Agropur : les deux parties déçues du gaspillage de lait

Des employés qui font la grève. Ils ont une pancarte CSD dans les mains.

Les 250 employés d'Agropur à Granby sont en grève depuis le 29 juin.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussière

La Presse canadienne

Alors que des milliers de litres de lait ont dû être jetés à cause du conflit de travail à l'usine d'Agropur à Granby, les deux parties se disent désolées de la situation.

L'employeur affirme tout faire pour éviter que plus de lait soit ainsi gaspillé, alors que le syndicat reproche à Agropur de ne pas s'être préparée à la situation et de chercher à faire porter l'odieux du gaspillage aux syndiqués.

Les 250 travailleurs, membres d'un syndicat de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), ont déclenché une grève illimitée le 29 juin, après avoir voté à 100 % en faveur du mandat de grève.

En entrevue lundi, Bernard Cournoyer, conseiller syndical à la CSD, a affirmé que la volonté de l'employeur de modifier considérablement les horaires a mis le feu aux poudres et fait déclencher la grève.

Il rapporte que l'employeur voudrait notamment allonger les journées de travail de 8 à 12 heures durant la semaine et faire rentrer les employés au travail à des heures différentes, selon les jours de la semaine et les besoins de l'entreprise.

Depuis 1983, ils ont ces horaires de travail. Et là, l'employeur veut que les employés soient flexibles en ce qui concerne le début et la fin des quarts, c'est-à-dire qu'un matin vous pouvez commencer à 7 h, le lendemain, l'employeur peut dire "tu rentres à 8 h" et le surlendemain ça peut être à 9 h. Ça vient bouleverser complètement la vie familiale, a protesté M. Cournoyer.

Et cette réorganisation des horaires aurait comme conséquence l'élimination de 30 postes, affirme le conseiller syndical. C'est le nerf de la guerre, a-t-il lancé.

Le conseiller syndical affirme que l'employeur a formulé 158 demandes touchant 32 des 33 articles de la convention collective. Il assure que la question salariale n'a même pas encore été abordée. Selon lui, le climat de travail n'est pas bon non plus et il y aurait maintenant de 450 à 500 griefs.

La direction

Interrogée à ce sujet, la direction d'Agropur n'a voulu entrer dans le détail ni de la négociation, ni des affirmations du syndicat, ni de ses demandes adressées aux travailleurs touchant la convention collective.

Elle dit ne pas vouloir négocier dans les médias. On préfère négocier à la table de négociation et en arriver à un règlement avec le syndicat, a affirmé Mylène Dupéré, vice-présidente aux communications corporatives chez Agropur.

Toutefois, elle a admis que la direction recherchait une certaine flexibilité de la part des travailleurs pour pouvoir transformer davantage de lait lorsqu'il y a plus de besoins en la matière. Elle explique qu'Agropur souhaite faire des investissements majeurs à cette usine et que l'entreprise a pour elle une vision d'avenir.

Le lait

Elle a précisé que l'usine de Granby transforme 800 000 litres de lait par jour, ce qui en fait un joueur important de l'industrie.

Interrogée au sujet des milliers de litres de lait qui ont dû être jetés à cause du conflit de travail, elle dit que tous les efforts sont faits pour réduire au maximum le gaspillage, comme tenter de rediriger le lait vers d'autres usines.

Les Producteurs de lait du Québec, l'organisme qui négocie pour les producteurs, a estimé que le total du lait disposé depuis le déclenchement du conflit chez Agropur était de deux millions de litres.

Du côté syndical, M. Cournoyer se dit aussi désolé que les producteurs de lait de voir un tel gaspillage. Qu'Agropur ne se soit pas préparée à ça, ça ne m'entre pas dans la tête. Quand il y a un shutdown de quatre ou cinq jours pour l'entretien des machines, elle se prépare, fait-il valoir. Il reproche à l'entreprise d'avoir ainsi voulu mettre le blâme sur les syndiqués.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !