•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Drummondville, triste championne au Québec du nombre de familles à la rue

Une pancarte indique qu'aucun appartement n'est vacant dans un immeuble.

Le taux d'inoccupation à Drummondville frôle 0 %.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Selon l'Office d'habitation Drummond (OHD), près de 140 ménages de la région n'ont pu signer de bail pour le 1er juillet faute de logements disponibles.

L'organisme affirme toutefois avoir déployé tous les efforts pour éviter que quiconque sur retrouve sur le trottoir. Ce matin, on a 138 ménages qui sont toujours à la recherche d'un logement. De ce nombre, trois sont en hébergement d'urgence. Les autres, avec nos services, ont réussi à trouver une solution temporaire chez des parents, de la famille, des amis et même au camping dans certains cas, explique le directeur général de l'OHD, David Bélanger.

Devant ce phénomène, le Front d'action populaire pour le réaménagement urbain (FRAPRU) demande au gouvernement de s’assurer que les mesures d’aide annoncées pour le 1er juillet seront en vigueur jusqu’à ce que tout le monde soit relogé.

La porte-parole de l'organisme, Véronique Laflamme, rappelle que Drummondville est l'endroit au Québec où la situation est la plus criante cette année. Pour Drummondville, 138, c'est énorme! C'était déjà immense l'année passée. C'est énorme pour une petite municipalité ayant un taux d'inoccupation qui frôle 0 %.

L'ensemble des intervenants doit s'attaquer à cette crise qui, estime Mme Laflamme, continue de s'accentuer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !