•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec 21 garde son siège au comité exécutif, Québec d’abord perd le sien

Diptyque montrant Véronique Dallaire à gauche et Jean-François Gosselin à droite.

Avec l'évincement de Véronique Dallaire (à gauche), Jean-François Gosselin (à droite) est maintenant l'unique conseiller de l'opposition siégeant au comité exécutif à titre de membre associé.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère/Daniel Coulombe

L'opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec n’aura plus de représentant au comité exécutif. Le maire Bruno Marchand a annoncé lundi que la conseillère Véronique Dallaire devra céder son siège pour faire place au transfuge Claude Lavoie.

Son intégration aurait porté à 12 le nombre d’élus siégeant au comité exécutif. Or, ce dernier ne peut compter que 11 membres.

Pour donner un siège à M. Lavoie sans montrer la porte à l’un des conseillers de son parti, Québec forte et fière (QFF), Bruno Marchand devait se départir d’un des deux membres associés du comité exécutif : Jean-François Gosselin, de Québec 21, ou Véronique Dallaire, de Québec d’abord.

Il a finalement choisi de conserver M. Gosselin au sein de l’exécutif. En point de presse, le maire a expliqué que sa décision avait été prise en fonction des dossiers qu’occupent les deux conseillers.

Portrait de Claude Lavoie. Il a le crâne rasé et porte un complet veston-cravate.

Le conseiller municipal de Saint-Rodrigue, Claude Lavoie, s'est joint à Québec forte et fière le printemps dernier. (Archives)

Photo : Ville de Québec

Jean-François Gosselin est responsable des loisirs et des sports, tandis que Véronique Dallaire s’occupait jusqu’ici des enjeux liés à l’acceptabilité sociale.

Apport souligné

Ce n’est pas une question de personnalité ni de contribution, a insisté Bruno Marchand, qui a qualifié d'impeccable le travail des deux membres associés au sein de l’exécutif.

Les deux ont donné le meilleur d'eux-mêmes à l'exécutif, les deux le font avec abnégation, le font avec intelligence, avec le sens de la mission, a vanté le maire.

Jean-François Gosselin lors d'une entrevue devant l'hôtel de ville de Québec.

Jean-François Gosselin continuera de s'occuper des loisirs et des sports au sein du comité exécutif de la Ville de Québec. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Le fait que Jean-François Gosselin et son parti soient fermement opposés au projet de tramway ne préoccupe nullement Bruno Marchand

On l'a toujours dit : que les gens ne soient pas d'accord avec nous, ce n'est pas une raison pour ne pas travailler avec eux. C'est ce qu'on fait avec Québec 21 dans ce cas-là et il n’y a aucun problème avec ça, a-t-il martelé.

M. Marchand a rappelé qu’en tant que membre associé, Jean-François Gosselin ne participait qu’aux discussions du comité exécutif portant sur les dossiers dont il a la responsabilité. Idem pour Véronique Dallaire.

Proposition

Le maire a d’ailleurs offert à cette dernière la présidence d’un comité sur l'accessibilité universelle pour continuer à profiter de son expertise.

C'est sûr que Mme Dallaire ne sera plus présente lors des discussions sur l'acceptabilité universelle, mais en ayant la présidence d'un comité, elle va encore travailler avec les équipes de la Ville, elle va faire en sorte que ce dossier-là puisse avancer. Si elle le souhaite, là, on ne lui impose rien, a insisté Bruno Marchand.

Bruno Marchand lors d'un point de presse à l'hôtel de ville de Québec.

Bruno Marchand a annoncé lundi une modification à la composition du comité exécutif de la Ville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Si elle accepte la présidence du comité, la conseillère de Québec d’abord aura droit à une bonification salariale qui compensera, du moins en partie, la perte de la prime qu’elle touchait à titre de membre de l’exécutif.

Signes de rapprochement

Quelques heures avant que Bruno Marchand annonce les modifications à la composition du comité exécutif, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Claude Villeneuve, avait dit voir des signes évidents de rapprochement entre Québec 21 et QFF.

On voit au conseil qu'ils s'entendent comme larrons en foire, il y a des clins d'œil, des œillades qui s'échangent, a indiqué M. Villeneuve.

Claude Villeneuve donne un point de presse dans un parc en été.

Claude Villeneuve et son équipe de conseillers ont rencontré les médias lundi afin de présenter leur bilan depuis la dernière élection municipale.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Sans vendre la mèche, le chef de Québec d’abord avait donné des indices laissant croire que sa conseillère n’allait plus siéger au comité exécutif.

À un journaliste qui lui demandait si la future composition de l’organe décisionnel pourrait illustrer le rapprochement observé entre Québec 21 et QFF, Claude Villeneuve a répondu : Ça pourrait être le cas, oui.

Mise en garde

Il a prévenu le maire que l'exclusion de son parti du comité exécutif aurait un impact sur la façon dont fonctionne le conseil municipal depuis l'élection du 7 novembre.

Si le maire change les termes de l'entente dans laquelle on fonctionne, c'est sûr qu'on va se gouverner en conséquence, a-t-il averti.

La cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, constate elle aussi un rapprochement entre Québec 21 et QFF. Elle n’y voit pas d’incohérence, et ce, même si les deux partis s’opposent dans le dossier du tramway.

Jackie Smith lors d’un point de presse à l’hôtel de ville de Québec.

Jackie Smith reproche à Bruno Marchand de se montrer moins collaboratif avec l’opposition au fur et à mesure qu’il se rapproche d’une majorité au conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

La conseillère du district de Limoilou mentionne que les réalisations de Bruno Marchand depuis son élection à la mairie répondent davantage aux préoccupations soulevées par Québec 21, un parti qu’elle situe à droite de l’échiquier politique. Elle cite en exemple le crédit de taxes offert aux commerçants.

En ligne avec Québec 21

En revanche, Jackie Smith estime que les gestes concrets se font attendre par rapport aux enjeux de gauche comme le logement social et l’itinérance.

Elle fait en outre remarquer que Bruno Marchand ne s’est pas encore positionné contre le troisième lien.

Donc, c'est quand même en ligne avec Québec 21, a-t-elle noté en conférence de presse.

Avec la collaboration de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !