•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba sans clinique centralisée pour le syndrome post-COVID-19

Candace Bradshaw, à son bureau de Winnipeg, le 30 juin 2022.

La présidente de Doctors Manitoba, Candace Bradshaw, soutient qu’une clinique centrale spécialisée faciliterait la vie des patients.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

Au Manitoba, les personnes qui souffrent de la COVID-19 de longue durée n’ont pas accès à une clinique centrale spécialisée. Une situation que critique la présidente de Doctors Manitoba, Candace Bradshaw.

Selon elle, les services offerts aux personnes atteintes du syndrome post-COVID-19 dans la province demeurent insuffisants.

Actuellement, les malades peuvent consulter un fournisseur de soins de santé, comme un médecin de famille. Ils sont ensuite orientés vers des spécialistes ou des cliniques existantes si nécessaire, explique un porte-parole de la province.

Les patients peuvent, par exemple, être dirigés vers un programme de réhabilitation pulmonaire, offert dans divers établissements, notamment au Centre de santé Misericordia, de Winnipeg.

Or, Candace Bradshaw soutient qu’une clinique centrale spécialisée faciliterait la vie des patients. Un tel endroit offrirait des soins de divers professionnels de la santé, tels que des physiothérapeutes.

Cela éviterait de devoir aller à dix endroits différents pour obtenir différents soins. Il n'y aurait alors qu’un seul dossier dans lequel tous les spécialistes pourraient suivre les mises à jour, dit-elle.

Les informations sur le patient pourraient aussi être envoyées à son médecin de famille, ajoute la présidente de Doctors Manitoba.

Des cliniques de ce type existent dans d’autres provinces, notamment en Alberta et au Québec.

Malgré les critiques, Soins communs Manitoba ne prévoit pas la mise en place d’une clinique spécialisée en COVID-19 de longue durée.

Le 15 juin dernier, l’organisation de santé a toutefois lancé une ressource en ligne pour les personnes atteintes de ce syndrome (en anglais seulement) (Nouvelle fenêtre)

Changer de province pour obtenir plus de soins

Autoportrait de Kristy Nickel portant un masque KN95.

Kristy Nickel s'est résignée à aller chercher de l'aide supplémentaire dans une clinique albertaine spécialisée en soins de la COVID-19 de longue durée.

Photo : Gracieuseté de Kristy Nickel

Kristy Nickel, qui habite au Manitoba, a pour sa part décidé d’aller chercher de l’aide auprès d’une clinique albertaine.

Elle a contracté la COVID-19 en novembre 2020 et, depuis, elle souffre des effets persistants de la maladie, tels que l'essoufflement, la fatigue extrême et les maux de tête constants.

Un médecin de famille l’a d'abord orientée vers des spécialistes manitobains, mais, lorsque sa deuxième tentative de retour au travail a échoué, elle a décidé qu'elle avait besoin de plus de soins.

« Ici, au Manitoba, je trouve que nous nous concentrons sur la gestion de nos symptômes, ce qui est nécessaire et m'a sans aucun doute aidée, mais je n'ai rien trouvé qui me permette de savoir pourquoi mon corps réagit comme cela. »

— Une citation de  Kristy Nickel, Manitobaine atteinte du syndrome post-COVID-19

Kristy Nickel a finalement trouvé une clinique spécialisée dans le traitement du syndrome post-COVID-19, en Alberta, qui était prête à la prendre en charge.

La clinique, située près d’Edmonton, a été lancée par Neeja Bakshi, une professionnelle de médecine interne, après qu’elle eut constaté une augmentation du nombre de patients atteints de la COVID-19 de longue durée qu'on lui envoyait. Environ 20 personnes atteintes du syndrome lui sont recommandées chaque semaine.

Elle croit que le nombre de patients augmentera au fil du temps, d'où la nécessité de cliniques spécialisées.

Avec les informations d'Alana Cole

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !