•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade de Copenhague : le suspect placé en détention psychiatrique

Un ruban de la police délimite un périmètre de sécurité devant le centre commercial.

La tuerie a éclaté dimanche à l'intérieur du centre commercial Fields, le plus grand au pays, situé entre le centre-ville et l'aéroport de la capitale.

Photo : Reuters / ANNEGRET HILSE

Agence France-Presse

Dans un Danemark meurtri, l'auteur présumé de la tuerie dans un centre commercial de Copenhague a été placé en détention en psychiatrie lundi, et la santé mentale du tireur de 22 ans est désormais au cœur de l'enquête.

Vêtu d'un T-shirt bleu, le suspect arrêté peu après la fusillade a été présenté à un juge du tribunal de la capitale danoise, qui lui a signifié les poursuites pour trois meurtres, dont celui de deux adolescents, et sept tentatives de meurtre.

Après deux heures d'audience, son placement en détention provisoire a été ordonné pour 24 jours renouvelables, mais dans une unité psychiatrique fermée. À la demande du procureur et avec l'accord de la défense, la décision est accompagnée d'un examen de son état mental.

La police avait annoncé lundi matin que le suspect, décrit comme un Danois de souche, était connu pour des antécédents psychiatriques.

Selon la radiotélévision nationale DR, citant plusieurs sources anonymes, le tireur présumé a essayé de joindre une ligne d'aide psychologique peu avant les faits, ce que les autorités n'ont pas voulu confirmer.

L'attaque, commise principalement avec un fusil, a fait trois morts et 30 blessés dont quatre graves dans un grand centre commercial, Fields, situé entre le centre de Copenhague et l'aéroport de la capitale.

Au Danemark, l'auteur présumé de la tuerie dans un centre commercial de Copenhague a été placé en détention en psychiatrie. La santé mentale du tireur de 22 ans arrêté hier est au coeur de l'enquête. Le compte-rendu d'Aimée Lemieux.

Mettre fin à la fête

Le drame a brisé un week-end de fête dans le pays scandinave, entre la liesse du passage du Tour de France et le retour du festival de musique géant de Roskilde après deux ans d'annulations dues à la COVID-19.

Je crois que nous avons rarement vécu un contraste aussi violent qu'hier, a reconnu la première ministre danoise Mette Frederiksen, venue rendre hommage aux victimes sur les lieux lundi à midi.

Naturellement, des discussions très justifiées vont émerger [...] en lien avec les armes utilisées, en lien avec la psychiatrie [...] Mais aujourd'hui, je trouve que nous devons rendre hommage aux victimes, montrer notre sympathie, notre aide et notre soutien, et soutenir tous ceux qui ont été touchés, a-t-elle dit devant les caméras.

Mette Frederiksen en gros plan devant des micros.

La première ministre danoise Mette Frederiksen a lancé un appel à l'union.

Photo : Reuters / RITZAU SCANPIX

Une cérémonie à la mémoire des victimes sera organisée mardi soir à 20 h (heure locale) à proximité du centre commercial, a annoncé sur Twitter la maire de Copenhague, Sophie H. Andersen.

L'identité des trois personnes tuées – un homme de 47 ans, un adolescent et une adolescente de 17 ans – ainsi que des blessés d'âges et de sexe différents suggère qu'il s'agit de victimes choisies au hasard, a expliqué l'inspecteur en chef de la police de Copenhague Søren Thomassen.

Rien n'indique dans ce que nous avons trouvé qu'il s'agisse d'un acte terroriste, a estimé le directeur de l'enquête, selon lequel le tireur a agi seul.

La police a confirmé lundi matin l'authenticité de plusieurs vidéos du suspect circulant depuis dimanche soir sur les réseaux sociaux.

Le jeune homme âgé de 22 ans – dont l'identité est connue, mais pas rendue publique – y apparaît posant avec des armes, mimant des gestes de suicide avec un fusil et un pistolet.

Dans cette série de vidéos titrée I don't care (je m'en fiche), il évoque également un traitement avec un médicament puissant prescrit en psychiatrie qui ne marche pas.

Les comptes YouTube et Instagram du suspect ont été désactivés dans la nuit, mais les vidéos, mises en ligne vendredi selon des médias danois, circulent encore sur d'autres comptes.

Le mobile inconnu

La police juge qu'il est trop tôt pour se prononcer sur le mobile de l'attaque, mais que celle-ci semble avoir été préparée à l'avance.

Des véhicules d'urgence devant le centre commercial où a eu lieu la fusillade.

Rien n’indique que la fusillade à Copenhague soit un « acte terroriste », selon la police.

Photo : Reuters / Annegret Hilse

L'arrestation avait eu lieu sans difficulté vers 17 h 50 (heure locale) aux abords du centre commercial, environ un quart d'heure après les premiers signalements de coups de feu, selon la police.

Quatre blessés par balle se trouvent encore dans un état grave. Il s'agit de deux Danoises de 19 ans et 40 ans et deux Suédois, un homme de 50 ans et une adolescente de 16 ans.

Trois autres personnes ont également été légèrement blessées par balle, a précisé la police lundi.

Vingt personnes ont aussi été légèrement blessées lors du mouvement de panique provoqué par la fusillade dans le centre commercial.

Ce dernier était très fréquenté en raison d'un concert, réunissant 13 500 spectateurs, de la vedette britannique Harry Styles prévu dans une grande salle voisine, la Royal Arena. Le spectacle avait été annulé à la dernière minute.

J'ai le cœur brisé avec les habitants de Copenhague. J'adore cette ville. Les gens y sont si chaleureux et pleins d'amour, a réagi le chanteur sur Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !