•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois femmes poignardées à Ottawa : la violence envers les femmes soulevée

De nombreuses personnes se recueillent assises ou debout sur la propriété de la famille.

Plus d'une centaine de personnes se sont recueillies samedi soir devant la maison où Anne-Marie et Jasmine Ready ont perdu la vie.

Photo : Radio-Canada / Avanthika Anand

Radio-Canada

Des membres de la communauté s’interrogent sur la violence envers les femmes et les filles une semaine après l’attaque au couteau qui a tué une mère et sa fille et gravement blessé sa fille aînée dans le quartier Alta Vista, à Ottawa.

Anne-Marie Ready, 50 ans, et Jasmine Ready, 15 ans, ont succombé à leurs blessures alors que Catherine Ready, 19 ans, a subi de graves blessures.

Cheshmak Farhoumand-Sims, membre de la communauté d'Alta Vista et défenseure des droits des femmes, souhaite sensibiliser la communauté à ce type de violence et aux problèmes de santé mentale.

Alors qu’elle se questionne sur ce qui aurait pu être fait pour éviter le drame, Mme Farhoumand-Sims a organisé un rassemblement samedi soir pour permettre aux gens de se recueillir et faire avancer cette sensibilisation.

Cheshmak Farhoumand-Sims sourit, près de la maison de la famille Ready.

Cheshmak Farhoumand-Sims a organisé le rassemblement devant la maison des Ready samedi soir.

Photo : Radio-Canada / Avanthika Anand

Chaque fois que des femmes sont victimes de violence [comme] ça, ça nous rappelle que nous avons encore beaucoup de travail à faire pour prévenir les circonstances qui conduisent à la violence envers les femmes et pour vraiment essayer d'en atteindre les causes profondes, explique-t-elle.

Le 27 juin, la police d'Ottawa a reçu un appel vers 22 h 30. À leur arrivée sur la rue Anoka, les agents ont vu Joshua Graves, 21 ans, en train de poignarder Catherine Ready devant la maison familiale.

L'individu aurait refusé de laisser tomber son couteau et la police l'a abattu, atteignant également Catherine. La jeune femme demeure à l’hôpital dans un état grave, mais stable.

Les filles ne se sentent pas en sécurité

Parmi la centaine de personnes rassemblées samedi devant la maison des Ready, où a eu lieu l’attaque, Jana Marcoux était présente pour son amie de Catherine, avec qui elle a suivi des cours à l'Université d'Ottawa.

Elle a décrit son amie comme étant brillante, pleine de vie et toujours de bonne humeur. Jana prie pour son rétablissement.

Montage photo des portraits des deux sœurs Ready.

Jasmine Ready, 15 ans, (à gauche) a été poignardée à mort le 27 juin. Sa sœur Catherine, 19 ans, a survécu après que la police eut abattu le suspect.

Photo : Gracieuseté : Conseil des écoles catholiques du Centre-Est/Katherine Sauvé

Jana Marcoux a dit réaliser que les Ready ont été ciblées en raison de leur sexe et se dit apeurée pour elle-même et pour les autres femmes.

C'est effrayant de savoir que j'ai une amie à l'hôpital en ce moment, sans mère ni sœur, a-t-elle dénoncé. Les filles ne se sentent pas en sécurité.

La tragédie a eu lieu le même jour que la publication de 86 recommandations visant à éradiquer la violence contre les femmes à la suite d’une enquête du coroner sur les meurtres de trois femmes dans le comté de Renfrew.

L'avocate Pamela Cross, qui faisait partie d'un groupe d'experts lors de l'enquête, a déclaré que la coïncidence était stupéfiante. Selon elle, les homicides de la semaine dernière, tout comme ceux de Nathalie Warmerdam, Anastasia Kuzyk et Carol Culleton en 2015, relèvent d'actes clairs de féminicides.

« C'est profondément troublant, à bien des égards... que quelqu'un d'aussi jeune soit déjà façonné à ce point par les valeurs misogynes qui encadrent une culture dans laquelle nous vivons tous. »

— Une citation de  Pamela Cross, avocate

L'une des recommandations du jury est d'inclure la notion de féminicide dans le Code criminel du Canada.

Les membres de la famille de Joshua Graves ont déclaré qu'il souffrait de maladie mentale et avait un intérêt romantique pour l'une des victimes. Trois jours avant les homicides, l’homme de 21 ans avait été arrêté et accusé d'agression sexuelle et de harcèlement criminel sur une jeune fille de 16 ans.

Il a ensuite été remis en liberté.

La communauté d’arts martiaux sous le choc

Selon Tyler Glenn, qui s'est entraîné avec Jasmine et sa mère au studio d'arts martiaux Douvris, celles-ci venaient de recevoir leur ceinture noire quinze jours auparavant après des années d'effort.

Elles étaient des âmes si douces, a-t-il dit lors du rassemblement samedi, ajoutant être dans le déni et le choc total.

Le studio d'arts martiaux recueille les dons pour soutenir Catherine Ready.

Selon les informations d'Avanthika Anand de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.