•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sauver le lac Winnipeg, un objectif qui demande une action citoyenne

La teneur en phosphore dans son eau est un des facteurs qui explique l'état de santé du lac Winnipeg, que la population peut contribuer à améliorer.

Radio-Canada

Plusieurs dizaines de Manitobains se sont rencontrés à Gimli, dimanche, pour l'événement Sauvons le lac Winnipeg. Cette collecte de fonds sert à financer la recherche et la protection du plus grand lac de la province, qui est aussi le sixième en importance au pays.

Avec ses 24 500 kilomètres carrés, le lac Winnipeg vient au dixième rang des étendues d'eau douce dans le monde en termes de superficie.

Le lac est un grand bijou, un grand bijou qu'on doit protéger pour tout le monde et pour l’avenir, affirme le coprésident de Sauvons le lac Winnipeg, Charlie Burns.

Selon les experts, les oiseaux, les poissons et ultimement les êtres humains sont tous concernés par l'état du lac.

Les chercheurs tirent la sonnette d’alarme depuis plusieurs années sur le piètre état dans lequel il se trouve.

En 2011, une étude commandée par la province concluait que le lac courait de grands risques si rien n'était fait pour réduire sa teneur en phosphore.

Cet excès de phosphore accélère la prolifération de l'algue bleu-vert qui prive le plan d'eau d'oxygène et produit des toxines nocives.

Le rapport de recherche indiquait qu'il était nécessaire de réduire de moitié la quantité de phosphore dans les eaux du lac pour inverser la tendance et le ramener à son état d'avant 1990.

Des algues bleu-vert recouvrent les plages du lac Winnipeg. (archives)

Le phosphore entraîne des épisodes d'algues bleu-vert dans le lac Winnipeg. (archives)

Photo : Trish Richardson

Selon d’autres recherches publiées en 2017, le phosphore peut rester des années dans la vase avant d'être à nouveau libéré dans les eaux et de les polluer davantage. Les auteurs des recherches estimaient que les lacs manitobains étaient les plus susceptibles d'être vulnérables à ce problème.

L’été dernier, les gouvernements fédéral et provincial ont signé une nouvelle entente de 10 ans visant à protéger la santé du lac Winnipeg, s’engageant à collaborer pour trouver des solutions aux défis que pose, entre autres, la présence de phosphore.

Pour les riverains, les scientifiques et les visiteurs qui ont participé à l'événement Sauvons le lac Winnipeg, il est important de sensibiliser la population sur la santé de ce plan d'eau.

Coucher de soleil sur le lac Winnipeg

Coucher de soleil sur le lac Winnipeg, le sixième en importance au pays.

Photo : Suzanne Beaumont

Selon la coordonnatrice du programme de science et d'éducation du consortium de recherche sur le lac Winnipeg, Karen Scott, si les actions des gouvernements comptent, la population a aussi un rôle à jouer et peut ajuster son comportement de tous les jours pour contribuer aux solutions.

Deux femmes parlent à un kiosque du consortium de recherche sur le lac Winnipeg.

La coordonnatrice du programme de science et d'éducation du consortium de recherche sur le lac Winnipeg, Karen Scott, (à droite) estime que les gens doivent changer leur comportement pour contribuer à sauver le lac.

Photo : Radio-Canada / Émile Lapointe

L’eau que vous voyez de votre trottoir de Winnipeg, qui s’écoule dans un drain, aboutit dans le lac Winnipeg, rappelle-t-elle pour imager l’importance des comportements individuels, même dans les cas où on ne vit pas sur les rives du lac.

Alors, soyez conscients de ce que vous faites sur une base quotidienne. Ce n'est pas seulement aux autres d'agir.

Assainir le lac Winnipeg demande des changements d’attitudes à long terme qui, éventuellement, auront un impact, rappelle-t-elle.

Des résidents comme Iris Muirhead, qui vit à Willow Island, sont conscients des changements climatiques et de la pollution, et tentent de faire leur part à plus petite échelle.

J'essaie de ne pas être anxieuse parce que je sais que je ne suis pas en contrôle, indique Iris Muirhead, sauf pour ce que je peux faire et ce que nous faisons, par exemple, avec le recyclage.

Avec les informations d'Émile Lapointe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !