•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un marché artisanal pour célébrer les cultures des peuples autochtones

Des gens au marché.

Cette initiative sensibilise la communauté aux problèmes de ces peuples.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La fin du mois de juin marque la clôture du Mois national de l'histoire autochtone. À Ottawa, un marché artisanal a ouvert ses portes dans le quartier Westboro pour célébrer les cultures des Premières Nations, des Inuit et des Métis.

Pour ces artisans, exposer et vendre leurs créations, c’est d’abord et avant tout une question de fierté.

C’est important pour moi. Longtemps, les Autochtones, on a perdu notre chance de partager tout ce qu’on a appris, explique Rachel Thériault.

L'artisane en train de travailler.

Pour Rachel Thériault, il est très important de transmettre ce qu'elle a appris.

Photo : Radio-Canada / Camille Kasisi-Monet

« Maintenant qu’on peut partager ça, ça réchauffe le cœur. »

— Une citation de  Rachel Thériault, artisane

Le fondateur du Marché extérieur autochtone, Gareth Davies, estime que la première tenue de son activité est un succès. Par contre, selon lui, il serait nécessaire qu’on trouve davantage d’initiatives comme celle-ci.

On a besoin de faire plus de place aux créateurs, aux artisans et à la culture des Autochtones, répond M. Davies, également propriétaire du Maker House.

Gareth Davies porte un chandail « Every Child Matters ».

Le fondateur du Marché extérieur autochtone, Gareth Davies

Photo : Radio-Canada

Le souhait de M. Davies est partagé par plusieurs artisans.

Je pense qu’il y a un long chemin à parcourir pour la réconciliation, estime de son côté Tamara Takpannie. Elle est d’avis que dans un effort de réconciliation, le patrimoine autochtone devrait être souligné toute l’année, pas seulement pendant le Mois national de l'histoire autochtone.

Tamara Takpannie derrière son kiosque.

Tamara Takpannie est une artiste inuk.

Photo : Radio-Canada / Camille Kasisi-Monet

Ce qui m'encourage, c'est que dans les écoles d'Ottawa, on reconnaît la vraie histoire du Canada, ajoute une autre artisane, Jolene Dione.

« Il est important que les gens comprennent et soient conscients de cela pour développer une prise de conscience. »

— Une citation de  Crystal Semaganis, artisane

Pour Crystal Semaganis, les questions autochtones et notre contribution à la société devraient être davantage reconnues, clame-t-elle.

D'après les informations de Camille Kasisi-Monet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !