•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les habitants d’Abitibi-Ouest appelés à signaler les observations de la tortue mouchetée

Une tortue mouchetée.

La tortue mouchetée est une espèce menacée au Canada.

Photo : Parcs Canada/Ishkhan Ghazarian

Radio-Canada

La direction de la gestion de la faune de l’Abitibi-Témiscamingue sollicite de nouveau les habitants d’Abitibi-Ouest pour signaler la présence de tortues mouchetées sur le territoire.

Les autorités croient qu'il y a une population de cette espèce désignée comme menacée dans la MRC d’Abitibi-Ouest.

Cette année, le ministère a reçu un signalement, mais s'attend à une plus grande collaboration des habitants dans ses recherches.

Le biologiste Jean Lapointe rappelle d'ailleurs qu'il n'y a pas d'impacts sur la propriété d'un citoyen qui signale la présence de l'espèce.

« Il n'y a pas de conséquence à signaler une présence, même en terre privée. »

— Une citation de  Jean Lapointe

Quand on parle de protection de la torture mouchetée elle-même et de son habitat, ça ne peut pas passer par des restrictions imposées aux propriétaires et locataires de terres privées. On n'a aucun moyen de faire ça. Ce n’est pas notre objectif non plus de le faire. Par contre, il pourrait y avoir des mesures de protection en terres privées si les propriétaires et locataires acceptaient de le faire dans le cas d'une signature d'une initiative personnelle. Il ne faut pas craindre que le ministère va arriver avec ses gros sabots puis qu'il va brimer les droits des gens sur leurs terres. Ça n'arrivera pas, c'est impossible, explique le biologiste.

L'ADN pour confirmer la présence de l'espèce

En plus des observations sur le terrain, le biologiste Jean Lapointe ajoute qu'une nouvelle technique par l'ADN environnementale est aussi utilisée pour confirmer la présence du reptile dans les plans d'eau.

Les animaux qui vivent dans l'eau libèrent occasionnellement des cellules quand ils se frottent sur les objets et dans leurs excréments aussi. Cela fait en sorte que l'ADN de l'espèce se retrouve dans l'eau. La technique vise à recueillir des échantillons d'eau, on remet ça au laboratoire et on fait des analyses pour essayer de trouver la présence d'ADN dans les échantillons d'eau, ajoute le spécialiste.

Les équipes de la direction régionale viennent de terminer leur campagne d'échantillonnage et les résultats seront connus l'hiver prochain.

Le ministère demande aux citoyens de lui fournir une photo de la tortue, de préciser la date de l’observation et de décrire avec précision l’endroit et le milieu dans lequel la tortue se trouvait.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !