•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ukraine retire ses troupes de Lyssytchansk, la Russie contrôle la région de Louhansk

Les ruines d'un immeuble résidentiel détruit par les flammes.

Les combats font rage depuis des semaines dans les faubourgs de Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine.

Photo : Associated Press

Radio-Canada

L'armée ukrainienne a confirmé dimanche soir son retrait de Lyssytchansk, ville stratégique de l'est de l'Ukraine dont la prise avait été revendiquée quelques heures plus tôt par Moscou, qui dit contrôler toute la région de Louhansk.

Afin de préserver les vies des défenseurs ukrainiens, la décision a été prise de se retirer de la ville, a indiqué l'état-major des forces armées ukrainiennes dans un communiqué. Dans les conditions d'une supériorité multiple des troupes russes en artillerie, en forces aériennes, en systèmes de lancement de missiles, en munitions et en personnel, continuer à défendre la ville aurait eu des conséquences fatales, ajoute-t-on.

Après des semaines de combats dévastateurs, la prise de Lyssytchansk, qui comptait 95 000 habitants avant la guerre, permet à Moscou de progresser dans son plan de conquête de l'intégralité du Donbass, bassin industriel de l'est de l'Ukraine largement russophone et en partie contrôlé par des séparatistes prorusses depuis 2014.

L'armée russe pourra ainsi avancer vers Sloviansk et Kramatorsk, deux villes majeures plus à l'ouest, touchées dimanche par des tirs de roquettes.

Dans la matinée, le ministère russe de la Défense, cité par les agences de presse russes, avait annoncé que l'armée russe et ses alliés séparatistes avaient pris le contrôle complet de Lyssytchansk et d'autres villes proches.

Selon un communiqué, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a informé [le président Vladimir] Poutine de la libération de la république populaire de Louhansk, une des deux entités séparatistes, avec celle de Donetsk, à combattre depuis 2014 pour faire sécession de l'Ukraine.

Des soldats russes prennent la pose avec des drapeaux devant un immeuble détruit.

À Lyssytchansk, des troupes brandissent des drapeaux russes et tchétchènes pour célébrer leur victoire.

Photo : Associated Press

Dans son allocution du soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenté de faire bonne figure. Si le commandement de notre armée retire des troupes de certains points du front où l'ennemi a l'avantage du feu – et cela s'applique en particulier à Lyssytchansk –, cela ne signifie qu'une chose : que nous reviendrons, a-t-il lancé.

Aujourd'hui, [les Russes] ont amassé leur plus grande puissance de feu dans le Donbass. Et ils peuvent tirer des dizaines de milliers d'obus d'artillerie par jour sur une section du front. C'est la réalité, a expliqué le président.

Toutefois, nous avançons progressivement, à la fois dans les régions de Kharkiv et de Kherson ainsi qu'en mer [...]. Un jour viendra où nous dirons la même chose du Donbass, a-t-il assuré.

Dimanche matin, le gouverneur de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï, avait indiqué à propos de Lyssytchansk que la ville [était] en feu. Selon lui, l'assaut russe a été beaucoup plus violent que sur la ville jumelle de Sievierodonetsk, sur la rive orientale de la Donets, tombée fin juin.

Une femme marche devant des immeubles bombardés.

Sievierodonetsk, la ville jumelle de Lyssytchansk, a été conquise la semaine dernière par Moscou après le retrait des forces ukrainiennes à l'issue de plusieurs semaines de combats.

Photo : Reuters / ALEXANDER ERMOCHENKO

Des bombardements plus à l'ouest

Pendant ce temps, des bombardements ont fait au moins six morts et 15 blessés à Sloviansk, à 75 km à l'ouest de Lyssytchansk.

Des tirs aux lance-roquettes multiples sur Sloviansk, les plus importants depuis longtemps. Il y a 15 incendies. De nombreux morts et blessés, a déclaré dans une vidéo publiée sur Facebook le maire de la ville, Vadim Liakh.

Les autorités ont de nouveau demandé aux habitants d'évacuer la région au moment où la ligne de front n'est plus qu'à quelques kilomètres de la ville.

Un chien est couché au milieu de débris à la suite d'un bombardement.

La ville de Sloviansk avait déjà été le théâtre de bombardements au début du mois de juin.

Photo : Associated Press / Andriy Andriyenko

Notre     dossier Guerre en Ukraine

Des morts en Russie

Moscou accuse Kiev d'avoir attaqué un quartier de la ville russe de Belgorod, située à environ 40 kilomètres de la frontière avec l'Ukraine.

Selon le gouverneur de la région, des bombes ont endommagé 11 immeubles résidentiels et 39 maisons au nord du centre de la ville, faisant quatre morts et quatre blessés, dont un enfant.

Les défenses antiaériennes russes ont abattu les trois missiles Totchka-U à sous-munitions lancés par les nationalistes ukrainiens contre Belgorod, a de plus affirmé le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. Selon lui, les forces russes auraient également abattu deux drones ukrainiens qui survolaient une région voisine.

Depuis le début de son invasion en Ukraine, le 24 février, la Russie a plusieurs fois accusé les forces de Volodymyr Zelensky d'avoir effectué des frappes sur le sol russe, en particulier dans la région de Belgorod.

Au début du mois d'avril, son gouverneur avait accusé l'Ukraine d'avoir mené une attaque contre un dépôt de carburant à l'aide de deux hélicoptères.

Des pompiers inspectent un bâtiment en ruine.

Des bâtiments résidentiels ont été entièrement détruits à Belgorod, en Russie.

Photo : Reuters / BELPRESSA

Les positions russes à Melitopol bombardées

Les troupes ukrainiennes sont passées à l'attaque dans le sud du pays dans la nuit de samedi à dimanche. Elles ont visé une base militaire dans la ville de Melitopol, sous contrôle russe depuis les premiers jours de la guerre.

Selon le maire de la ville en exil, Ivan Fedorov, une trentaine de frappes ont visé un aérodrome. Dans une vidéo, il a affirmé que les troupes ukrainiennes l'ont mis hors service.

La ville de Melitopol est couverte de fumée, a-t-il ajouté, précisant que cela dure depuis plusieurs heures, car un dépôt de carburant qui se trouvait sur la base brûle.

Le chef d'état-major des forces armées ukrainiennes a confirmé plus tôt que l'aviation ukrainienne avait effectué une quinzaine de sorties et qu'une vingtaine d'unités d'équipement ennemi et deux dépôts de munitions avaient été détruits.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !