•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Migrants morts au Texas : le chauffeur ignorait que la climatisation était en panne

Des policiers barrent un chemin de terre.

Des sources policières ont affirmé que le conducteur était sous l'influence de la méthamphétamine.

Photo : Reuters / KAYLEE GREENLEE BEAL

Radio-Canada

Le conducteur présumé d'un camion dans lequel au moins 53 migrants sont morts dans des conditions étouffantes en début de semaine à San Antonio, au Texas, n'avait pas réalisé que le climatiseur du véhicule avait cessé de fonctionner, selon des documents judiciaires.

Cette information a été révélée à un informateur policier par un co-conspirateur allégué, Christian Martinez.

Selon le département américain de la Justice, l'homme de 28 ans avait communiqué par message texte avec le conducteur du véhicule, Homero Zamorano jr, dans les heures avant et après la macabre découverte.

Où es-tu? peut-on lire dans la transcription d'un message de Martinez à Zamorano envoyé à 13 h 40, lundi, au moment où les autorités retiraient des dizaines de cadavres de la remorque.

Martinez a ensuite envoyé plusieurs autres messages, dont un dernier vers 18 h 15, indique le New York Post. C'est à ce moment que les autorités ont découvert Zamorano près du camion, caché dans la broussaille. Les autorités mexicaines affirment qu'il essayait de se faire passer pour un survivant.

Selon Reuters, l'informateur affirme avoir parlé à Martinez après l'incident. Ce dernier lui aurait rapporté que le conducteur ignorait que l'unité de climatisation avait cessé de fonctionner et avait causé la mort de ces personnes.

Intoxiqué à la méthamphétamine

Des sources policières ont affirmé que le conducteur était sous l'influence de la méthamphétamine au moment où ils l'ont rencontré.

Les policiers ont procédé à son arrestation lorsque des photos de surveillance l'ont montré au volant du camion passant un poste de contrôle des frontières américaines à Laredo, au Texas.

Une photo du suspect au volant de son camion, les yeux floués.

Des photos du conducteur Homero Zamorano jr ont été prises à un point de contrôle frontalier.

Photo : Reuters / National Institute of Migration

Homero Zamorano jr et Christian Martinez sont tous deux accusés de trafic de migrants ayant entraîné la mort, crime passible de la peine de mort.

Les deux hommes font partie d'un groupe de quatre personnes inculpées dans le cadre de l'enquête sur l'épisode le plus meurtrier de trafic humain de l'histoire des États-Unis.

Au moyen de l'immatriculation du véhicule, les enquêteurs ont pu remonter jusqu'à une adresse de San Antonio et ont mis les lieux sous surveillance, rapporte le New York Post.

Deux ressortissants mexicains, Juan Claudio D'Luna Mendez, 23 ans, et Juan Francisco D'Luna Bilbao, 48 ans, ont été arrêtés sur place et font face à des accusations de possession illégale d'armes à feu.

Leur implication dans la tragédie n'a pas été précisée.

Un bris mécanique

Les autorités soupçonnent les 64 migrants d'être montés à bord du côté américain de la frontière avec le Mexique. Ils auraient ensuite été laissés à l'arrière de la remorque sans climatisation après un bris mécanique.

Plan aérien du camion-remorque entouré de membres des forces de l'ordre et de véhicules d'urgence sur une route isolée, près d'un chemin de fer.

Le camion-remorque a été retrouvé par une personne qui travaillait à proximité, dans le sud de la ville de San Antonio, au Texas, située à environ 250 kilomètres de la frontière mexicaine.

Photo : Getty Images / Jordan Vonderhaar

Le mercure a atteint 39,4 degrés Celsius ce jour-là à San Antonio.

Parmi les victimes figurent 27 citoyens mexicains, ainsi que 14 Honduriens, 7 Guatémaltèques et 2 Salvadoriens.

Au moins 40 hommes et 13 femmes sont morts, et 11 autres migrants ont été hospitalisés pour des problèmes liés à la chaleur. D'autres migrants d'âge mineur demeurent hospitalisés.

L'ONU estime qu'au moins 650 migrants sont morts l’an dernier en tentant de se rendre aux États-Unis.

Les autorités mexicaines rapportent qu'un autre camion transportant un groupe de migrants a percuté une remorque après avoir échappé à un poste de contrôle des douanes et de la protection des frontières américaines dans la ville d'Encinal, au Texas, jeudi.

L'accident a fait quatre morts et trois blessés.

Avec les informations de CNN, BBC, Reuters, NY POST, et The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !