•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec investit 7,35 M$ pour améliorer les circuits de véhicules hors route en Gaspésie

Un sentier de VTT dans le sable des dunes avec un panneau de signalisation qui indique une côte.

Québec investit 7,35 millions de dollars pour améliorer les circuits de véhicules hors route en Gaspésie et aux Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Alice Proulx

Des travaux d'amélioration seront effectués sur plus de 80 infrastructures, désuètes ou non conformes, réservées aux véhicules hors route (VHR) en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi une aide financière de 7,35 millions de dollars qui permettra de réaliser ces travaux.

Versée à la Table des préfets des MRC de la région, cette somme doit servir à optimiser la sécurité sur les quelque 4000 kilomètres de sentiers qui sillonnent le territoire.

L’important, c’est de rendre le circuit sécuritaire pour les usagers et pour les bénévoles qui entretiennent les sentiers. Pour que ce soit sécuritaire, ça prend des infrastructures de qualité, donc c’est sûr que cette somme va être la bienvenue, et ça ne sera pas difficile de s’en servir, assure le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Guy Bernatchez.

Guy Bernatchez.

Guy Bernatchez se réjouit de cette annonce (archives).

Photo : Courtoisie: Bloc Québecois

Parmi les 80 infrastructures qui nécessitent des travaux de réfection, une vingtaine sont utilisées par les adeptes de motoneige et une soixantaine par les adeptes de quad.

Il y a une concertation entre le Regroupement des MRC et les clubs de VHR pour déterminer les sites prioritaires qui sont le plus à risque, assure M. Bernatchez.

« Ce qui est vraiment populaire auprès de nos amateurs, c’est de faire le tour de la Gaspésie. Que ce soit du côté nord ou du côté sud, il y a beaucoup d’infrastructures désuètes et il fallait donner un grand coup. »

— Une citation de  Guy Bernatchez, préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie

Selon lui, ces travaux contribueront aussi à maintenir l'accès au territoire gaspésien, été comme hiver, en plus de bonifier l'offre touristique.

Pour demeurer attrayants, il faut avoir des pistes de qualité. Avec les changements climatiques, on n’est pas à l’abri de bris majeurs sur nos infrastructures et dans nos sentiers, souligne-t-il.

Divers travaux dans les clubs de VTT de la région

Le président du Club de véhicules tout-terrain de Murdochville, Alain Arsenault, indique que cette aide financière permettra de procéder à la réfection d'un tronçon actuellement fermé en raison d'un effondrement.

Il y a un endroit où il y a eu un affaissement de montagne il y a deux ans et le sentier doit être redirigé ailleurs. Il faut faire un autre tracé. Le financement accordé va contribuer à améliorer ce secteur, confirme-t-il.

« Les problèmes qu’on a en Gaspésie, c’est que nos sentiers sont près des cours d’eau, alors quand il y a des affaissements de montagne ou des inondations, nos sentiers sont affectés. »

— Une citation de  Alain Arsenault, président du Club de VTT de Murdochville
Alain Arsenault.

Alain Arsenault est le président du club de VTT de Murdochville depuis 1992.

Photo : Gracieuseté : Alain Arsenault

Comptant 110 kilomètres de sentiers en Gaspésie, ce club regroupe une vingtaine de membres qui ont tous à cœur la préservation des sentiers.

Quand on vient à faire des travaux majeurs qui nécessitent des entrepreneurs, une aide financière est toujours la bienvenue. On est un petit club d’une vingtaine de membres. On a la volonté mais pas l’argent pour réparer ces gros problèmes, soutient M. Arsenault.

« Avec l’argent qu’on a reçu, je pense que tout le monde est content dans notre club et dans tous les clubs de la région. »

— Une citation de  Alain Arsenault, président du Club de VTT de Murdochville
Un des sentiers de V T T du club de Murdochville.

Des banderoles et des barrières jalonnent le sentier qui nécessite des travaux à Murdochville.

Photo : Gracieuseté : Alain Arsenault

Il estime que les travaux devraient commencer au plus tard à l'automne.

De son côté, le président du Club de VTT de l'Estran, René Richard, mentionne que des travaux seront aussi réalisés sur le pont de la rivière Grande-Vallée.

La compagnie Scieries GDS voudrait circuler dans notre secteur, donc on est en train de regarder quelles sont nos possibilités pour détourner le sentier et accéder à un nouveau pont, le pont de la rivière Grande-Vallée. Ces travaux pourraient coûter jusqu'à 500 000 $, avance-t-il.

Selon lui, ce pont est grandement endommagé en raison de la crue des eaux au printemps.

« Il faut qu’il soit refait, parce que bientôt, il ne sera plus sécuritaire et on ne pourra pas passer. »

— Une citation de  René Richard, président du Club de VTT de l'Estran
De l'eau s'accumule sur un terrain à côté de la route.

La rivière Grande-Vallée sort de son lit au printemps et à l'automne en raison de la crue des eaux (archives).

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Il rappelle que pour faire le tour de la péninsule gaspésienne, les conducteurs de VHR doivent absolument traverser cette rivière.

C’est le seul endroit où ils peuvent passer. L’hiver, c’est la piste 5, et l’été, c’est la piste 30. C’est un sentier qui est très important, justifie M. Richard.

Des travaux seront aussi réalisés dans d'autres clubs de VHR de la région.

Priorité régionale

Le projet d'amélioration des circuits de VHR a été ciblé comme une des priorités régionales par les élus à la suite d'un exercice de priorisation gouvernemental mené à l'échelle des régions du Québec en mai 2020.

On travaille sur ce projet depuis un certain temps parce que le VHR a été intégré à nos priorités régionales avec l’industrie forestière et l’éolien. On avait consulté des intervenants un peu partout en Gaspésie pour avoir un consensus, explique le préfet Guy Bernatchez.

« On a décidé de mettre ça dans nos priorités, parce que c’est un moteur économique important pour nous. »

— Une citation de  Guy Bernatchez, préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie

Selon Québec, les retombées économiques liées à la motoneige se sont élevées à 41,7 millions de dollars en 2019, ce qui représente 1,29 % du PIB régional.

C’est des retombées économiques extrêmement importantes pour la région […]. Les véhicules hors route sont très populaires en Gaspésie. On a un terrain de jeu prisé par les amateurs, on est un incontournable, affirme M. Bernatchez.

Un sentier de motoneige en Gaspésie.

Été comme hiver, les sentiers sont fréquentés par plusieurs touristes (archives).

Photo : courtoisie SADC Richard Marin

Les deux clubs de VTT s'entendent également pour dire qu'il est important de mettre à niveau les diverses infrastructures du réseau de VHR afin de maintenir l'achalandage touristique.

« Plus les sentiers sont beaux, plus les gens viennent nous visiter. »

— Une citation de  René Richard, président du Club de VTT de l'Estran

Il y a beaucoup plus de touristes qui passent pour faire le tour de la Gaspésie. Ça amène beaucoup de monde, ce qui amène aussi beaucoup d’eau au moulin. Si on veut avoir des touristes et des gens qui se promènent dans nos commerces, il faut que les sentiers soient bien aménagés, souligne René Richard.

La subvention gouvernementale allouée pour la réalisation de ces travaux provient du ministère de l'Économie et de l'Innovation, du ministère des Transports, du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles ainsi que du ministère du Tourisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !