•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au camp de jour Enraciné, les enfants choisissent eux-mêmes leurs activités dans la nature

Des enfants assis en rond par terre regardent de petites pancartes tenues par leur monitrice.

Les enfants sont encouragés à choisir eux-mêmes les activités qu'ils souhaitent faire durant la journée.

Photo : Gracieuseté Enraciné

Laisser les enfants choisir leurs activités : voici comment fonctionne le tout nouveau camp de jour Enraciné, qui a débuté il y a une semaine à Pointe-aux-Outardes.

Pendant trois semaines, des enfants de 5 à 12 ans participent à ce projet pilote mené en collaboration avec le Parc nature de Pointe-aux-Outardes.

La fondatrice de l'entreprise Enraciné, Julie Bérubé, explique qu'il n'y a pas de moniteurs ou de monitrices pour animer le camp : ce sont plutôt les enfants qui s'en chargent entre eux.

Julie Bérubé est dans la forêt et sourit à l'appareil photo.

Julie Bérubé est la fondatrice d'Enraciné et facilitatrice au camp de jour.

Photo : Gracieuseté Enraciné

Elle a lancé son entreprise spécialisée dans l'éducation par la nature il y a quelques mois.

« Enraciné, c'est vraiment une offre qui va permettre aux jeunes d'aller connecter avec la nature et avec eux-mêmes dans un climat de liberté, de lenteur, d'espace. »

— Une citation de  Julie Bérubé, fondatrice d'Enraciné

Deux facilitatrices, dont Julie Bérubé, sont présentes tout au long de la journée pour guider et accompagner les enfants.

Nous, on est là pour leur offrir une certaine sécurité et une organisation pour la routine, mais ce sont vraiment eux qui sont au cœur de leur journée, indique Julie Bérubé.

Elle souligne que cette façon de procéder permet aux enfants de respecter le rythme et l'unicité de chacun.

Chaque jour, on prend un moment pour leur demander ce qu'ils aimeraient faire dans la journée, puis on le met vraiment en application, précise la facilitatrice.

Un groupe d'une quinzaine d'enfants sur le sable, les bras levés dans les airs. Certains sourient et d'autres font des grimaces.

Deux facilitatrices travaillent au camp Enraciné avec les enfants, dont Jacynthe Bélanger (en haut à gauche).

Photo : Gracieuseté Enraciné

La semaine dernière, les enfants ont notamment fait des jeux libres et organisé un parcours sur la plage ainsi qu'une chasse aux insectes.

« Dans notre société d'aujourd'hui, on leur laisse parfois un peu moins de place pour laisser aller leur créativité. Notre quotidien va vite, donc c'est vraiment le moment où ils peuvent être 100 % eux-mêmes. »

— Une citation de  Julie Bérubé, fondatrice d'Enraciné

Julie Bérubé explique que dans le camp Enraciné, on accepte que les enfants s'ennuient, puisque c'est aussi comme ça qu'ils développent leur créativité.

Assurément, avec cette première semaine [de camp] qu'on vient de vivre, on va le reporter aux années suivantes, se réjouit la fondatrice.

Respect de la nature

Le camp de jour Enraciné se déroule pendant trois semaines au Parc nature de Pointe-aux-Outardes. Beau temps, mauvais temps, la quasi-totalité des activités se font à l'extérieur.

Un groupe d'une douzaine d'enfants se trouve face à la mer et regarde au loin dans des jumelles.

Chaque jour, les facilitatrices prennent un moment avec les jeunes pour déterminer les activités qu'ils ont envie de faire.

Photo : Gracieuseté Enraciné

On est vraiment dans un environnement extrêmement riche et varié. On a un terrain de jeu en pleine forêt avec plein d'éléments mobiles [...], la plage, indique Julie Bérubé.

« Chez Enraciné, c'est la nature qui est l'enseignante de l'enfant. »

— Une citation de  Julie Bérubé, fondatrice d'Enraciné

La fondatrice mentionne que la mission du Parc nature de Pointe-aux-Outardes est de sensibiliser la population au respect de la nature, ce qui est aussi transmis aux enfants grâce à leurs activités.

Seize enfants par semaine sont inscrits au camp de jour Enraciné.

Le reste de l'année, Julie Bérubé organise des sorties dans la nature avec des jeunes des écoles de la région ou des milieux de garde comme les CPE.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !