•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des demandeurs d’asile du chemin Roxham attendus impatiemment par des entreprises

Une grande roue et la tour d'un casino sur fond de ciel bleu à Niagara Falls.

Le secteur hôtelier de Niagara Falls, notamment, a grand besoin de main-d'oeuvre.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Le maire de Niagara Falls, en Ontario, pense que les demandeurs d’asile envoyés par le fédéral dans sa ville pourront trouver facilement du travail. Les délais actuels pour obtenir un permis représentent toutefois un obstacle.

Radio-Canada a appris que le gouvernement Trudeau commençait à envoyer en Ontario ceux qui se présentent au chemin Roxham et qui ne désirent pas rester au Québec de toute façon. La mesure est volontaire.

Selon Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, les premiers transferts ont eu lieu jeudi. Le ministère n'a pas pu dire combien iraient dans la ville ontarienne, mais ils ne seraient pas très nombreux.

Le maire Jim Diodati avait encore bien peu d’informations sur le sujet vendredi, mais la perspective d’accueillir de nouveaux travailleurs à Niagara Falls le réjouissait. S’ils sont ici pour travailler, ils sont au bon endroit au bon moment, a-t-il déclaré.

Le maire Diodati en entrevue en ligne.

Le maire de Niagara Falls, Jim Diodati

Photo : Radio-Canada

Non loin de là, à Niagara-on-the-Lake, le directeur général de l'hôtel 124 on Queen pense aussi que l’arrivée de ces demandeurs du statut de réfugié pourrait aider les entreprises, qui ont grand besoin de personnel dans nombre de domaines. 

Dans le secteur touristique en tant que tel, on a de gros manques de main-d’oeuvre, explique Eric Quesnel. L'entretien ménager, le personnel culinaire, les serveurs, ce sont des denrées rares.

Si ces gens-là sont prêts à travailler, sont prêts à être formés, on va être là pour eux, assure-t-il.

Un travailleur du service des parcs de Niagara Falls nettoie un comptoir.

Des employeurs du secteur touristique sont prêts à former les nouveaux arrivants qui veulent travailler.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Évidemment, pour que ces attentes soient comblées, il faudra que les migrants puissent accomplir rapidement certaines formalités administratives.

Ça, c’est un autre gros problème, les délais, soutient Stephan Reichhold, directeur de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI)

Les demandeurs du statut de réfugié doivent passer une première entrevue de recevabilité pour déterminer s’ils peuvent légalement faire une demande d’asile. Normalement, explique-t-il, ça se faisait dans les 24 heures suivant l’arrivée à l’aéroport ou à la frontière. 

Stephan Reichhold répond à une question en entrevue.

Stephan Reichhold déplore que les délais pour obtenir un permis soient si longs alors que les réfugiés veulent travailler.

Photo : Radio-Canada / capture d'écran

Actuellement, les délais sont de plus d’un an pour avoir cette entrevue, raconte M. Reichhold. Et tant que tu n’as pas ta recevabilité, tu ne peux pas obtenir de permis de travail, ce qui est absurde.

Nous espérons que le gouvernement va les aider à avoir les papiers nécessaires pour commencer à travailler immédiatement, a lancé le maire Jim Diodati. Il y a beaucoup d’emplois à combler. C’est très occupé en ce moment.

Le maire ne sait pas pourquoi Niagara Falls a été choisie comme destination et n’a pas pris part aux discussions qui ont mené à cette décision.

Des touristes prennent des photos des chutes Niagara.

Le maire Jim Diodati ne sait pas pourquoi Niagara Falls a été choisie, mais note qu'il y a beaucoup de chambres d'hôtel.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Nous faisons face aux mêmes défis en matière de logement que tout le monde au pays en ce moment, a-t-il constaté. Il a rappelé que sa ville compte 16 000 chambres d’hôtel, mais qu'elles sont très en demande l’été. La ville frontalière accueille 14 millions de touristes par année.

Jim Diodati ignore pour l'instant à quel hôtel les demandeurs d’asile déjà arrivés sont logés. L’information n’a pas été dévoilée. C’est Ottawa qui paiera la facture.

Avec les informations d’Andréane Williams

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !