•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude pour densifier et dynamiser le centre-ville de Chicoutimi

Le centre-ville de Chicoutimi avec la zone ferroviaire derrière.

Le centre-ville de Chicoutimi et la zone ferroviaire.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Saguenay souhaite réaliser une étude sur le potentiel résidentiel et commercial du centre-ville de Chicoutimi qui permettra ensuite d'identifier des moyens pour densifier et dynamiser le secteur.

La municipalité a lancé un appel d’offres en ce sens à la mi-juin, dans le but de dénicher une firme qui pourra réaliser cette étude. Les services de proximité au centre-ville feront également partie du mandat.

L’étude vise à mieux connaître le centre-ville et ses besoins. Il faut bien comprendre le secteur si on veut bien le développer, résume Michel Potvin, qui est président de la commission des finances et également membre du comité exécutif de Saguenay.

L’étude, dont les résultats sont espérés à l’automne, servira ensuite à déterminer des actions à poser pour dynamiser le secteur et attirer de nouveaux résidents

Celui qui est également conseiller municipal dans l'arrondissement de Chicoutimi souligne que les résultats de l’étude permettront également d’identifier des façons d’augmenter la densité du centre-ville, qui est essentielle selon lui afin d’augmenter sa vitalité économique.

La zone ferroviaire et le projet d’y construire 1000 logements feront partie de l’étude. Ces nouveaux logements ne seraient toutefois pas suffisants, estime-t-il.

« Il y a une chose qu’on est certain, c’est qu’il manque 10 000 personnes au centre-ville de Chicoutimi pour vraiment développer son potentiel au maximum. Maintenant, comment est-ce qu’on fait? On a parlé des 1000 logements sur la zone ferroviaire, mais on sait que ce ne sera pas assez et on ne sait pas si ça va finir à 1000 ou à 800 ou à 1200. »

— Une citation de  Michel Potvin, président de la commission des finances

Le projet des 1000 logements, qui est un engagement de la mairesse Julie Dufour, avait été mis en tête de liste des priorités du comité exécutif en novembre. Saguenay est également en attente des résultats d’une étude de caractérisation environnementale du terrain, afin d’évaluer si une décontamination sera nécessaire.

La mairesse Julie Dufour avait d’ailleurs indiqué en mars qu’une campagne d’attractivité serait lancée cet été afin d’attirer de nouveaux résidents à Saguenay, en écho à son engagement d’attirer 10 000 nouveaux arrivants à Saguenay en 10 ans.

Vue aérienne de la rue Racine en été.

La rue Racine est l'artère principale du centre-ville de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Réfléchir à la configuration du centre-ville

L’étude de potentiel se penchera également sur les autres secteurs du centre-ville afin d’évaluer sa configuration.

Est-ce qu’il y a des secteurs qui seraient également plus favorables à certains développements? Est-ce qu’il y a d’autres secteurs qu’il ne faut pas toucher? Comme ça, ça va nous donner une vision, expose Michel Potvin.

Différentes options, comme l’ajout d’étages à certains édifices du centre-ville, ne sont pas exclues. Comment est-ce qu’on va la traiter [l’étude], ça, c’est autre chose, précise-t-il. Mais ça nous prend des données.

L’implantation de nouveaux commerces, plus adaptés aux besoins du centre-ville, pourrait aussi être favorisée. Si tu rajoutes des gens, ça prend les services qui vont avec, ajoute l’élu.

Les entreprises ont jusqu’au 12 juillet pour soumettre leurs services pour la réalisation de l’étude du potentiel résidentiel, commercial et de services de proximité du centre-ville.

Les appels d’offres seront évalués selon un système de pondération, adopté par le comité exécutif de Saguenay au début du mois de juin, qui permettra d’en savoir davantage sur l’expérience de l’entreprise et sa vision du mandat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !