•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fête du Canada 2022 à La Fourche : un espace de célébration et de réflexion

Des personnes assises en cercle au milieu d'un espace vert le 1er juillet 2022 à Winnipeg.

La Fourche a annoncé il y a deux semaines avoir changé la façon dont elle soulignera la fête du Canada en indiquant vouloir donner l'occasion de célébrer le pays tout en réfléchissant au passé avec l'intégration des cultures autochtones.

Photo :  CBC / Sam Samson

Radio-Canada

Les personnes qui ont pris part vendredi à la célébration de la fête du Canada à La Fourche, à Winnipeg, affirment qu'elles ont ainsi eu l'occasion de célébrer le Canada tout en réfléchissant à son passé.

Mike Edwards est venu aux festivités avec les membres de sa famille, tous vêtus de chemises orange, la couleur associée à l'hommage aux survivants et aux familles des peuples autochtones forcés de fréquenter des pensionnats.

M. Edwards, un non-Autochtone, voit d'un bon œil la nouvelle orientation prise par La Fourche, qui a permis d'inclure davantage d'éléments de la culture autochtone dans les célébrations du 1er juillet cette année.

Il pense qu'il est possible d'équilibrer les célébrations de la fête du Canada et la réflexion sur l'histoire du pays.

Je pense qu'après tant d'années de célébration de la fête du Canada traditionnelle, il est important de faire pencher la balance de l'autre côté, dit-il.

Camilo Nirvaz, fraîchement venu de la Colombie avec sa femme il y a deux mois, a participé aux festivités de vendredi. Il a indiqué qu'il avait hâte de découvrir le passé du Canada et les cultures autochtones.

Je vais apprendre les nombreuses traditions du Canada. L'histoire est très importante, parce que lorsqu'on présente l'histoire, les coutumes, on apprend les étapes de l'histoire canadienne.

Trois hommes sont debout devant ce qui va servir à l'allumage du feu.

Charles Woolford, au centre, se dit content d'être parmi les gardiens du feu lors des festivités qui marquent le 1er juillet à La Fourche, vendredi.

Photo :  CBC / Travis Golby

Des activités autour du feu ont été offertes aux participants avec l’aide de Nathan Ertel et de Shawn Thomas, du programme de sensibilisation Street Links de Saint-Boniface.

Il est important maintenant que les gens comprennent ce qui se passe, souligne M. Thomas, un membre de la Première Nation Peguis.

Charles Woolford, 25 ans, est membre de la Première Nation Wuskwi Sipihk, dans le nord-ouest du Manitoba. Il était aussi parmi les gardiens du feu à La Fourche.

Il est important pour nous, Premières Nations, de réapprendre nos traditions et nos cérémonies, mentionne-t-il.

Changement important

Le Lieu historique national, où les rivières Rouge et Assiniboine se rejoignent, est un endroit de rassemblement important depuis des milliers d'années. Il y a deux semaines, on a annoncé qu'on avait remanié la forme que prendraient les activités habituelles du 1er juillet. L'objectif consiste à offrir des expériences variées aux participants et de prôner une fête plus inclusive.

Il s’agit des résultats de plusieurs mois de discussions menées avec des Autochtones, des membres de la communauté, de nouveaux arrivants et des jeunes.

Ces changements font suite à la découverte de tombes anonymes dans de nombreux anciens pensionnats pour Autochtones au Canada.

Ces découvertes ont incité de nombreuses personnes à ne pas célébrer la fête du Canada en 2021 et à consacrer plutôt cette journée à honorer les milliers d'enfants contraints de fréquenter ces établissements.

Tirer des leçons de l'expérience

La directrice générale de La Fourche, Clare MacKay, espère que l’organisation pourra s'appuyer sur le travail de cette année pour créer une programmation beaucoup plus solide en vue du 1er juillet 2023.

Cela pourrait inclure des feux d'artifice, abandonnés cette année en grande partie à cause de problèmes d'horaire. En effet, la programmation se termine à 18 h et un feu d'artifice n'était pas possible avant 23 h.

Toutefois, avant de proposer à nouveau des feux d'artifice, La Fourche examinera également les impacts environnementaux et les autres conséquences des spectacles bruyants, a précisé Mme MacKay.

La Fourche proposera à la fin du mois son enquête annuelle sur les réactions de la communauté. Cette année, elle demandera spécifiquement aux gens ce qu'ils pensent de la réorganisation des célébrations de la fête du Canada.

Avec les informations de Sam Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !