•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sandra Masters s’excuse pour les propos d’une conseillère sur Autochtones et sans-abri

La mairesse de Regina, Sandra Masters, lors du Congrès annuel de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), en juin 2022.

La mairesse de Regina, Sandra Masters, souhaite que les non-Autochtones fassent preuve de jugement lorsqu'ils abordent des questions autochtones.

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

Les commentaires d’une conseillère municipale au début du mois de juin sur la culture autochtone et les sans-abri ont obligé la mairesse de Regina Sandra Masters à présenter ses excuses au conseil municipal, mercredi.

En effet, lors d’une discussion sur l’éradication de l'itinérance à Regina, la conseillère Terina Shaw a demandé s’il était vrai que certains Autochtones ne voulaient pas de maison.

La conseillère municipale a ajouté qu'elle avait entendu cette information d'une personne autochtone travaillant à l'organisme Regina Treaty/Status Indian Services (RT/SIS). 

Ce commentaire a suscité des critiques de la part de plusieurs personnes et d'organisations autochtones de la province. 

Plusieurs organisations comme la Fédération des nations souveraines autochtones (FSIN) et le Conseil tribal de File Hills Qu’Appelle ont estimé que la conseillère municipale a déformé une conversation qu’elle a eue avec la directrice générale de RT/SIS, Erica Beaudin. 

Les discussions portaient sur l'itinérance à Regina et les opinions de Mme Beaudin sur les différentes étapes et le soutien dont une personne a besoin pour obtenir un endroit de vie sûr.

Dans une déclaration publiée la semaine dernière, Mme Beaudin a décrit cette conversation qui remonte au 11 novembre 2021. 

Dans la sous-culture de la population des sans-abri, il y a ceux qui préfèrent ne pas avoir la responsabilité de leur propre maison. On pourrait les appeler des vagabonds. J'ai également déclaré que ces personnes étaient très minoritaires et que nous devions nous concentrer sur l'accès à un logement et à des services pour les autres qui en ont besoin, relate Mme Beaudin à propos des explications qu'elle a fournies à la conseillère Terina Shaw.

Cette dernière pense que la conseillère Shaw a, elle-même, ajouté le mot autochtone à son analyse devant le conseil municipal. Mme Beaudin pense que c'est probablement parce que Mme Shaw a reçu l'information d'une personne autochtone. 

Les organisations autochtones ont jugé les commentaires de racistes puis ont demandé au conseil municipal de réagir immédiatement aux propos de Mme Shaw.

Les excuses présentées par la mairesse Sandra Masters n’étaient pas retransmises en direct lors de la séance municipale. CBC a obtenu une copie dans laquelle Mme Masters dit s'excuser en tant que chef du conseil.

Elle ajoute que sa prise de parole vise à réparer tout préjudice ou impact de ces questions ou commentaires.

Elle a également souligné que le conseil s'est engagé à être conscient de la culture et à respecter les autres.

Par ailleurs, en entrevue jeudi à CBC, la mairesse a appelé son conseil à l'exercice du jugement lorsque les questions autochtones sont abordées.

Je pense qu'il est important, encore une fois, que lorsque des non-Autochtones s'expriment sur des questions autochtones, nous fassions preuve de sensibilité et comprenions que nos mots peuvent avoir un impact et faire du mal.

Avec les informations d'Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !