•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections provinciales : le Bloc québécois donne son appui au PQ

Yves-François Blanchet s'entretient avec un homme qui est de dos.

Yves-François Blanchet était de passage jeudi à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, soutiendra le Parti québécois (PQ) aux élections provinciales d'octobre prochain.

Il en a fait l'annonce jeudi à Rimouski à la veille de la fête du Canada. Pour l'occasion, Yves-François Blanchet était accompagné du candidat péquiste dans Rimouski, Samuel Ouellet, du député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, et du député fédéral de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas.

C'est le même monde qui travaille au Parti québécois puis au Bloc québécois. Une seule organisation, logiquement, parce que c'est un seul pays qu'on veut au terme de cet exercice-là, a affirmé le chef bloquiste.

« Le Bloc québécois est un parti indépendantiste. »

— Une citation de  Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Objectif commun

Les deux formations politiques ont profité du rassemblement pour réitérer leur volonté de faire du Québec un pays. Yves-François Blanchet a souligné la nécessité de donner un rapport de force à l'Assemblée nationale du Québec.

Le Québec n'a de rapport de force face à Ottawa [que] lorsqu'il y a une forte délégation de députés indépendantistes à l'Assemblée nationale. Plus les indépendantistes sont forts, plus le Québec est fort, explique-t-il.

Les quatre hommes posent côte à côte.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, Maxime Blanchette-Joncas, député fédéral bloquiste de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Samuel Ouellet, candidat péquiste dans Rimouski, et Pascal Bérubé, député péquiste de Matane-Matapédia.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Cette unification des forces souverainistes survient au moment où le PQ arrive en queue de peloton dans les sondages sur les intentions de vote avec 9 % d'appuis, selon le plus récent sondage Léger, publié le 22 juin.

Je ne suis pas inquiet du sort du Parti québécois. Je ne suis pas inquiet d'une formation politique dont, avant même que commence une campagne électorale, les chiffres ne sont pas très élevés, a répliqué Yves-François Blanchet.

Pour sa part, Samuel Ouellet se dit privilégié de pouvoir compter sur l'appui du chef du Bloc québécois. Il affirme que l'alliance entre les deux formations politiques est tout à fait naturelle.

Le lien qui est fort entre le Bloc québécois et le Parti québécois, c'est bien entendu le goût de faire un pays, et ça, c'est indéniable, a lancé le candidat péquiste.

Portrait de Samuel Ouellet en train de parler derrière un lutrin.

Samuel Ouellet, entrepreneur et ex-attaché politique d'Harold Lebel, se présente dans Rimouski pour le Parti québécois (archives).

Photo : Radio-Canada

Dans Rimouski, Samuel Ouellet sera opposé à Maïté Blanchette Vézina, de la Coalition avenir Québec, et à Carol-Ann Kack, de Québec solidaire. Le Parti libéral du Québec et le Parti conservateur du Québec n'ont toujours pas dévoilé les noms de leurs candidats.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !