•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau centre de traitement des dépendances pour les femmes ouvre à l’Î.-P.-É.

Des chaises et des tables dans un espace lumineux.

L’intérieur du centre de traitement des dépendances.

Photo : Gracieuseté : Santé Î.-P.-É.

Radio-Canada

Un nouveau centre de traitement des dépendances à l’Île-du-Prince-Édouard est ouvert depuis le 1er juin pour mieux répondre aux besoins grandissants chez les femmes. Le nouveau bâtiment remplace le Lacey House, à Charlottetown. Il peut accueillir 30 lits supplémentaires.

Le nouvel espace possède douze unités résidentielles, soit le double de ce qui était offert au Lacey House.

Il y a également quatre espaces de plus pour les programmes de traitement de jour, en plus d’espaces pour dormir réservés aux visites familiales.

Contrairement au Lacey House, le premier étage de l’établissement est maintenant accessible aux fauteuils roulants.

Notre espace est beaucoup plus lumineux, plus spacieux, plus beau et plus moderne, affirme la directrice des transitions, Santé mentale et traitement des toxicomanies de Santé Î.-P.-É., Charmaine Campbell.

Une cuisine et une salle à manger moderne.

La cuisine et la salle à manger du nouveau centre de traitement des dépendances.

Photo : Gracieuseté : Santé Î.-P.-É.

Il y a toujours une demande pour des services de traitement de toxicomanie à l’Île-du-Prince-Édouard, particulièrement pour les femmes, souligne Charmaine Campbell. On essaie toujours de répondre à la demande, mais, avec ces lits supplémentaires, ça va nous aider. Les services du centre seront offerts aux personnes détenant une recommandation médicale.

Les résidents peuvent s’attendre à ce que leur séjour varie en durée, selon leurs besoins.

Les personnes qui s’identifient comme des femmes peuvent y rester jusqu’à 90 jours pour recevoir des traitements.

Charmaine Campbell précise que l’établissement estime accueillir un peu plus de 50 résidents par année.

Il s’agit d’une étape importante dans la revitalisation des services de santé mentale et de toxicomanie, et nous alignons ce service élargi avec d’autres investissements importants dans les soins actifs et d’urgence, les logements structurés et de transition, de nouveaux programmes de traitement de jour, ainsi que des ressources et du personnel supplémentaires, déclare le ministre de la Santé de la province, Ernie Hudson.

Ernie Hudson ajoute qu’offrir un soutien aux insulaires en leur offrant les bons programmes et services communautaires peut favoriser leur rétablissement.

D’après les informations d’Arturo Chang de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !