•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une usine d’aliments à base de grillons démarre ses activités à London

Un grillon, tenu par des baguettes, que l'on dépose dans une bouche.

Les protéines produites à partir de l'élevage d'insectes sont une solution à l'insécurité alimentaire, selon le PDG d'une entreprise installée à London.

Photo : iStock

Radio-Canada

L’entreprise Aspire Food Group compte élever 4 milliards de grillons dans ses installations de London, dans le sud de l’Ontario, et produire annuellement 13 millions de kilogrammes de protéines à partir de ces insectes dans ce qui est considéré comme la plus grande usine de transformation de grillons au monde.

Les premiers insectes d'élevage arriveront à l’usine dans les prochains jours.

L’usine de London emploie pour l’instant 45 personnes. Aspire Food Group espère embaucher 55 travailleurs de plus d’ici un an.

L'usine de transformation de grillons d'Aspire Food Group.

L'usine est construite sur un terrain de plus de 4,8 hectares dans l'Innovation Park de London.

Photo : Twitter

Aspire Food Group possède aussi une installation de recherche et développement à Austin, au Texas, en activité depuis six ans.

Le cofondateur et président-directeur général de l’entreprise, Mohammed Ashour, espère que l’usine aidera à lutter contre l’insécurité alimentaire.

Selon M. Ashour, les grillons peuvent produire des protéines de manière efficiente, puisqu'ils ont besoin de moins de nourriture, d’eau et d’espace que les autres sources de protéines, tant animales que végétales.

Une grande partie de la production de l’usine de London est destinée au marché de la nourriture pour animaux de compagnie, précise le PDG.

Les animaux de compagnie, proportionnellement à leur poids, consomment plus de viande que leurs propriétaires, explique-t-il.

Les insectes, une source de nourriture ancestrale

Mohammed Ashour, qui a grandi à Montréal, a lancé son projet d’élevage d’insectes pour produire de la nourriture en 2013, alors qu’il était étudiant en médecine à l’Université McGill.

Lui et quelques camarades de classe ont remporté le prix Hult, d’une valeur d’un million de dollars, qui lance à de jeunes entrepreneurs le défi de trouver des solutions aux problèmes de la planète les plus urgents.

« Nous avons une forte croissance de la population et de la demande pour les protéines, tout en ayant une diminution significative des terres cultivables et des ressources pour produire de la nourriture. »

— Une citation de  Mohammed Ashour, cofondateur et PDG d'Aspire Food Group

M. Ashour explique que les insectes sont déjà consommés en grande quantité dans plusieurs pays.

Nous sommes simplement en train de renouer avec une des plus anciennes sources de nourriture, à une échelle, à un coût et à une qualité adaptés à notre système de production alimentaire actuel.

Portrait de Mohammed Ashour.

Mohammed Ashour, cofondateur et PDG d'Aspire Food Group.

Photo : Avec la permission d'Aspire Food Group

Je crois que c’est excitant d’être à un moment de l’histoire où nous sommes en train de réévaluer nos systèmes d’alimentation en général, affirme Evan Fraser, directeur de l’institut Arrell Food, à l’Université de Guelph.

Il souligne que le tiers des gaz à effet de serre proviennent du secteur alimentaire. Malheureusement, l’agriculture animale et la production de protéines sont responsables d’une grande partie de ce problème.

Selon M. Fraser, il y a un milliard et demi de vaches sur la planète. Ce nombre doit diminuer si nous voulons répondre aux besoins futurs de manière durable.

Avec les informations de Rebecca Zandbergen de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !