•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adhésion à l’UE : « Nous sommes ensemble maintenant », dit Zelensky

Le président ukrainien lors d'une entrevue médiatique.

L'Ukraine a demandé officiellement son adhésion à l'Union européenne cinq jours après le début de l'invasion russe, le 24 février dernier.

Photo : Reuters / Bureau de la présidence ukrainienne

Agence France-Presse

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré vendredi que l'Ukraine et l'Union européenne entamaient un nouveau chapitre de leur histoire, après l'acceptation de la candidature de son pays.

Maintenant, nous ne sommes plus proches. Maintenant nous sommes ensemble, a lancé M. Zelensky devant le parlement ukrainien, saluant le début d'un nouveau chapitre dans l'histoire des rapports de son pays avec l'Union européenne.

C'est un grand honneur et une grande responsabilité de travailler à réaliser les aspirations du pays, a-t-il dit en ajoutant l'Ukraine se bat pour choisir ses valeurs, pour être dans la famille européenne.

Après son intervention, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est adressée aux dirigeants et aux parlementaires ukrainiens, par vidéo. Elle a souligné que l'adhésion de l'Ukraine était à leur portée, tout en les appelant à accélérer les réformes contre la corruption, et a formulé plusieurs conseils précis sur la justice et la nécessaire réduction de l'influence des oligarques.

Un drapeau de l'Union européenne a été installé au siège du parlement, à côté du drapeau jaune et bleu de l'Ukraine.

M. Zelensky, le premier ministre Denys Chmygal et le président du parlement Rouslan Stefantchouk ont signé un engagement commun symbolisant l'unité des trois branches du pouvoir dans leurs efforts pour rejoindre l'Union européenne.

L'Ukraine a demandé officiellement son adhésion à l'Union européenne cinq jours après le début de l'invasion russe, le 24 février dernier. Les 27 membres de l'Union ont accepté sa candidature le 23 juin.

Mais le processus risque de prendre plusieurs années, comme le montre l'exemple de la Turquie et de pays des Balkans, en raison notamment de stricts critères concernant l'état de droit et l'économie des pays candidats.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !