•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le FestiVoix de Trois-Rivières reprend ses droits

La grande scène du FestiVoix, de nombreux spectateurs, le sigle du FestiVoix surplombe la foule

La grande scène en bordure du fleuve au FestiVoix de Trois-Rivières en 2022

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Si on me demande de qualifier cette première soirée du FestiVoix sans restriction sanitaire, je dirais « irréel ». On retrouve notre festival trifluvien tel qu’on l’a toujours connu. On reprend notre itinéraire habituel pour rejoindre les différentes scènes comme on le fait depuis des années, on retrouve les artistes et les festivaliers comme si rien ne s’était passé. Puis, soudainement, on réalise que la dernière fois qu’on l’a vu ainsi, c’était en 2019!

Il faut dire que les artistes n’y ont pas fait beaucoup allusion. Les spectateurs étaient rassemblés les uns près des autres et à peine quelques personnes portaient le masque, seul rappel que nous avons été privés du bonheur de vivre ce beau rassemblement estival.

Marc Déry chante et joue de la guitare tandis que Valérie Saint-Gelais chante et joue de la contrebasse.

Marc Déry était accompagné de la contrebassiste Valérie Saint-Gelais.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

C’est à Marc Déry qu’est revenu l’honneur de présenter le tout premier spectacle du 29e FestiVoix. Accompagné de la contrebassiste Valérie Saint-Gelais, l’auteur-compositeur-interprète a offert , en formule acoustique, ses grands succès sur la scène intime et chaleureuse de la Vieille prison. C’était bon d'entendre les gens chanter et frapper des mains pour battre la mesure. Ça fait du bien de vous voir! s’est exclamé l’artiste. C’est très réciproque, M. Déry.

Lynda Lemay chante au micro et joue de la guitare.

Lynda Lemay participait pour la toute première fois au FestiVoix.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

La scène bucolique du monastère accueillait Lynda Lemay. Il s’agissait de sa toute première présence au FestiVoix. Il y avait un peu moins de monde qu’à l’accoutumée; cette scène est si populaire qu’il n’est pas rare qu’on doive y refuser du monde. Mais le public attentif s’abreuvait littéralement des paroles de l'auteure-compositrice-interprète. Accompagnée de Claude Pineault, Lynda Lemay a offert ses grands classiques, mais aussi beaucoup de nouvelles compositions. Elle peut aisément faire passer des larmes aux éclats de rire, il faut dire qu’elle est une saprée conteuse.

Le chanteur Roch Voisine sourit à la foule.

Roch Voisine a présenté son spectacle Americana.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

Les algorithmes du FestiVoix

Un peu à l’image des plateformes de diffusion musicale en continu qui nous proposent des chansons qui s’amalgament les unes aux autres, le FestiVoix ose présenter sur la grande scène du fleuve des artistes aux univers différents, mais qui se complètent étrangement bien. C’est ainsi que Lou-Adriane Cassidy s’est retrouvée en première partie de Roch Voisine. S’il y a un point commun, c’est bien l’énergie que dégagent les deux artistes.

Roch Voisine a présenté pour la première fois son spectacle Americana en plein air. L’avantage indéniable est que les spectateurs ont pu danser au rythme des grands classiques folk et country.

Des tables et des chaises sont placées à l'ombre des arbres dans un parc.

Les festivaliers peuvent regarder sur écran géant les spectacles des différentes scènes.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

Les scènes volent la vedette

Les organisateurs du FestiVoix n’ont pas chômé au cours des deux dernières années. S’il y a une chose qui nous frappe, c’est l’aménagement de nouveaux espaces. Celui qui nous ravit et nous permet même de rêver, c’est l’ancienne cour des Ursulines. Cette grande cour située derrière le monastère était un espace réservé aux religieuses. Maintenant que la ville de Trois-Rivières en est propriétaire, le FestiVoix a pu en faire un lieu de détente et de diffusion. Un immense écran géant projette en direct les spectacles des différentes scènes. Ce lieu représente un potentiel d’accueil incroyable pour toute la saison estivale, pas seulement pour le festival.

Des hamacs sont installés dans un grand parc.

L'ancienne cour des Ursulines est maintenant accessible au public.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

La scène du quai qui présente les spectacles de fin de soirée est aussi un coup de cœur. Elle est installée sur le bord du stationnement qui est complètement caché par un mur lumineux, ce qui donne un coup d’œil et une ambiance incomparables.

Des musiciens jouent sur une scène dont tout le décor arrière est illuminé.

La nouvelle scène du quai accueille les spectacles de fin de soirée.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

C’est un beau départ pour la première soirée du FestiVoix. La fin de semaine s’annonce particulièrement populaire avec la venue des groupes punk NOFX, Lagwagon et Face to Face. Il va y avoir du monde en ville, comme le dit l’expression.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !