•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa va transférer des demandeurs d’asile de Roxham en Ontario

Face à l'afflux record de demandeurs d'asile au Québec, le gouvernement Trudeau a accepté de transférer directement les migrants qui le désirent vers l'Ontario, a appris Radio-Canada.

Des migrants avec des valises

Les demandeurs d'asile, provenant du chemin Roxham, auront la possibilité d'aller directement en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

De la Montérégie en Ontario, sans passer par Montréal. Voici le nouvel itinéraire que vont suivre, désormais, les demandeurs d'asile provenant du chemin Roxham qui ne souhaitent pas rester au Québec.

Radio-Canada a appris qu'Ottawa a accepté une demande répétée du gouvernement du Québec, qui était en discussion depuis plusieurs mois.

Alors qu'un nombre record de migrants traversent actuellement l'État de New York par ce petit bout de chemin et que les hébergements dans la grande région montréalaise se font de plus en plus rares, le gouvernement de Justin Trudeau revoit ses plans.

Le gouvernement du Canada s’est engagé à travailler, en collaboration avec ses partenaires municipaux et provinciaux, afin d’aider à alléger les pressions auxquelles ils sont confrontés en ce qui concerne l’offre de logements temporaires aux demandeurs d’asile qui traversent entre les points d’entrée, confirme Julie Lafortune, porte-parole d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Les premiers transferts ont débuté le 30 juin, indique IRCC, qui reconnaît qu'un certain nombre de [demandeurs d'asile] n’ont pas l’intention de rester dans la province de Québec.

Ottawa ne précise pas la quantité de migrants qui pourront être envoyés quotidiennement, mais il s'agit d'un petit nombre qui ira à Niagara Falls, en Ontario, spécifie-t-on néanmoins.

« IRCC collabore avec la Ville d’Ottawa et la municipalité de Niagara Falls pour aider les demandeurs d’asile à trouver un autre logement et à accéder aux soutiens communautaires qui leur sont offerts. »

— Une citation de  Julie Lafortune, porte-parole d'IRCC

Si la prestation des services sociaux, dont le logement à long terme, demeure la responsabilité de la province et des municipalités, Ottawa promet d'aider substantiellement à régler la facture.

Plus d'un demi-milliard de dollars ont par exemple été versés au Québec en vue d’atténuer les pressions liées à l’hébergement des demandeurs d’asile de 2017 à 2020 et [aux] coûts croissants dans le contexte de la pandémie de COVID 19, reprend IRCC.

Des roulottes devant une voie de service

Ottawa a décidé d'installer de nouvelles roulottes, à proximité de la frontière canado-américaine, afin d'augmenter sa capacité d'accueil.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Québec au maximum de sa capacité

Avant cette annonce d'Ottawa, le gouvernement Legault avait dénoncé le laxisme du fédéral dans ce dossier. Québec, contrairement à ce qui s'est passé en 2017, a d'ailleurs déjà fermé la porte à l'ouverture du stade olympique pour l'accueil de ces demandeurs d'asile.

Entre janvier et mai, plus de 13 000 migrants ont franchi le chemin Roxham. Jamais autant de personnes n'avaient, à cette période de l'année, utilisé cette voie irrégulière pour arriver au Canada.

Devant cette vague importante de demandeurs d'asile, qui ne devrait pas diminuer durant l'été, Québec et Ottawa étaient face à un véritable casse-tête concernant leur hébergement.

Les 1200 lits gérés par Québec sont tous occupés, tout comme la quasi-totalité des 1143 chambres réservées par Ottawa. Certaines familles restent actuellement plus d'un mois dans ces logements, en raison de leur difficulté pour trouver un nouvel hébergement.

Confrontée à cette situation, l'Agence des services frontaliers du Canada a déjà pris la décision d'augmenter sensiblement sa capacité d'accueil à proximité de la frontière et du chemin Roxham.

De nouvelles roulottes seront installées sur une voie de desserte au cours des prochaines semaines. Elles permettront d'accueillir près de 500 migrants, comparativement à environ 300 actuellement.

Ces installations permettent, à ce jour, de loger temporairement ces demandeurs d'asile qui, selon divers témoignages, peuvent y rester jusqu'à trois jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !