•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon élargit l’accès aux services pharmaceutiques

Plan rapproché de comprimés sur le bureau d'un pharmacien. On voit sa main qui tient une petite bouteille de suboxone.

Les pharmaciens du Yukon qui le souhaitent peuvent élargir la gamme de services qu'ils offrent.

Photo : Reuters / Brian Snyder

Radio-Canada

La gamme de services offerts par les pharmaciens et pharmaciennes du Yukon est élargie de façon permanente, a annoncé le gouvernement par communiqué.

Ces modifications correspondent à celles introduites temporairement durant l'état d’urgence en réponse à la pandémie de COVID-19.

Ainsi, dès à présent, ces professionnels de santé peuvent :

  • prolonger une ordonnance existante, y compris d’une substance désignée, jusqu’à deux fois;
  • prolonger ou modifier une ordonnance d’une substance désignée, comme la méthadone, dans une situation d’urgence;
  • transférer une ordonnance pour une substance désignée à une autre pharmacie au Yukon ou à l’extérieur;
  • accepter la demande verbale du prescripteur de prolonger ou de renouveler une ordonnance pour une substance désignée;
  • fournir, avec leurs mandataires, les substances désignées conformément à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.

Les pharmaciens ne sont pas obligés d’accepter d’offrir ces nouveaux services précise le document.

Au-delà de ces changements, le gouvernement annonce aussi qu'un programme de rédaction d’ordonnances par les pharmaciens et pharmaciennes devrait être lancé en décembre 2022.

Il permettra à ces derniers de prescrire des médicaments pour certaines affections bénignes comme une conjonctivite, une dermatite, une infection urinaire, ainsi que les vaccins pour les voyageurs, les produits de désaccoutumance au tabac et les médicaments pour le traitement de la COVID-19.

Les pharmaciens qui souhaitent y prendre part devront suivre une formation supplémentaire et se faire délivrer un permis pour satisfaire aux exigences du programme.

Selon le gouvernement, ces nouvelles compétences permettront de soulager un peu la pression exercée sur le système de santé du territoire et d’harmoniser les services qu’ils proposent avec ceux de leurs homologues d’autres régions administratives au pays.

Le communiqué ajoute que ces modifications permettent également de répondre à l’urgence de santé publique déclarée en janvier en facilitant l’accès à un approvisionnement sûr en opioïdes.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !