•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici comment le prochain premier ministre de l’Alberta veut gérer les surplus financiers

Le prochain chef du Parti conservateur uni sera choisi le 6 octobre.

Les dix candidats sourient à l'objectif dans un montage de portraits.

Les dix candidats sont, de gauche à droite et de haut en bas : Bill Rock, Danielle Smith, Brian Jean, Rebecca Schulz, Jon Horsman, Leela Aheer, Todd Loewen, Travis Toews, Rajan Sawhney et Raj Sherman.

Photo : Gracieuseté

Le Parti conservateur uni (PCU) choisira son prochain chef en octobre. Celui-ci deviendra automatiquement premier ministre de l’Alberta. Voici comment les candidats à la chefferie prévoient gérer les surplus inattendus de 3,9 milliards de dollars pour l’année 2021-2022 annoncés par la province la semaine dernière.

Rectificatif : Une version précédente de ce texte écrivait qu'il s'agissait d'un surplus de 3,9 millions de dollars alors qu'il s'agit plutôt d'un surplus de 3,9 milliards de dollars.

Les candidats se concentrent, pour la plupart, sur trois grandes idées : rembourser la dette provinciale, réinvestir les surplus à long terme et offrir un répit aux Albertains relativement à l’inflation.

Travis Toews, ministre des Finances du gouvernement de Jason Kenney, a tenu les cordons de la bourse ces trois dernières années. En tant que chef du PCU et premier ministre, je travaillerai à faire fructifier les économies des Albertains et à rembourser la dette d’une manière responsable, pour que les générations futures ne paient pas pour nos erreurs, affirme-t-il.

Rembourser la dette est également la priorité de ses adversaires Todd Loewen, Brian Jean et Danielle Smith.

Dans le passé, nous avons appris que les surplus ne sont que temporaires et que, si nous augmentons nos dépenses opérationnelles à ce niveau, cela nous met encore plus en difficulté, explique pour sa part le député Todd Loewen, qui croit que l’Alberta peut optimiser ses soins de santé.

Brian Jean et Danielle Smith, deux anciens chefs du Parti Wildrose, croient qu’il faut associer cet objectif à de l’aide pour que les Albertains puissent combattre l’inflation.

Portrait économique de l'Alberta

  • Inflation : 7,7 % (mai 2022)
  • Chômage en Alberta : 5,3 % (mai 2022)
  • Dette albertaine : 93,1 G$ (28 juin 2022)

Brian Jean propose notamment de cesser de faire payer des redevances pétrolières pour le bitume raffiné en Alberta, une mesure qui ferait économiser environ 15 cents le litre d’essence aux Albertains et coûterait moins de 2 milliards de dollars par année à l’État, selon lui.

Danielle Smith, quant à elle, élargit un peu plus les domaines dans lesquels le gouvernement devrait fournir de l’aide à la population, ajoutant l’essence, le diesel, l’électricité et les assurances.

Nous devons réaliser que nous avons été chanceux cette année et que nous ne pouvons pas compter sur 16 milliards de dollars de revenus [provenant des ressources naturelles non renouvelables] par année. Nous avons besoin d’une stratégie pour gérer les surplus afin d’économiser et de rembourser notre dette, explique-t-elle.

Soulager les Albertains face à l’inflation

Le fait d'investir davantage dans le Fonds du patrimoine est une idée qui séduit plusieurs candidats, comme Rajan Sawhney et Leela Aheer, qui ont toutes deux été ministres dans le gouvernement Kenney.

Les deux femmes proposent également de réindexer à l’inflation le programme de revenu pour les personnes gravement handicapées, qui a été gelé sur ordre du gouvernement conservateur uni. Rajan Sawhney ferait de même pour le programme de supplément du revenu pour les aînés.

Je suis d'accord que nous devrions contrôler nos dépenses et c'est ce que nous avons fait jusqu'à présent, dit Rajan Sawhney.

Tout comme son ancienne collègue ministre Rebecca Schulz, elle s’engage à réindexer à l’inflation les paliers d’imposition, ce qui offrirait aussi un répit aux Albertains.

Rebecca Schulz offrirait aussi un chèque de 200 $ aux familles et un congé de taxes de deux ans, aux petites entreprises.

Leela Aheer est l’une des seules parmi les candidats à proposer un réinvestissement immédiat important dans le système de santé et d’éducation de la province.

« Nous devons investir pour que l’Alberta de demain soit compétitive et innovatrice. Il est important de se souvenir que le boom pétrolier pourrait être le dernier. Donc, nous devons investir de manière responsable. »

— Une citation de  Leela Aheer, candidate à la chefferie du Parti conservateur uni

Raj Sherman, ancien député progressiste-conservateur et chef libéral albertain, réinvestirait massivement dans la santé. Nous avons besoin de plus d’infirmières et de personnel de première ligne. Nous avons besoin de médecins de famille, particulièrement en milieu rural, estime celui qui est médecin urgentiste de profession.

Les deux derniers candidats, le maire du village d’Amisk, Bill Rock, et le haut dirigeant d’ATB Financial Jon Horsman, n’ont pas répondu à nos demandes d'entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !