•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qualité de l’environnement : 55 % de la population de Rouyn-Noranda fortement préoccupée

Les cheminées de la Fonderie Horne vues depuis une rue à Rouyn-Noranda.

Le quartier Notre-Dame, à Rouyn-Noranda, est situé près des installations de la Fonderie Horne.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Selon une étude, 55 % de la population établie dans le périmètre urbain de Rouyn-Noranda se dit fortement préoccupée par la qualité de l'environnement.

C'est ce que révèle une étude menée par le Centre intégré de santé et de services sociaux l'automne dernier.

Parmi les 12 000 feuillets distribués en ville, 814 personnes (une personne par résidence) ont répondu à un questionnaire en ligne sur leur perception de leur environnement.

Selon les répondants, les activités industrielles sont un des facteurs qui contribuent le plus à la pollution en ville.

D'ailleurs, le dioxyde de soufre et les poussières sont perçus comme les deux plus grandes sources de polluants de l'air à l'extérieur.

Stéphane Bessette, chef d’équipe et conseiller en santé environnementale à la Direction de santé publique, reconnaît que la Fonderie Horne ne peut pas être écartée quand on fait le constat de cette étude.

Je ne connais pas d’autres émetteurs de SO2 à Rouyn-Noranda que la Fonderie Horne. Donc, si on veut travailler sur le niveau de dérangement en lien avec le SO2, on va tenter de travailler le dossier avec la Fonderie et avec d’autres partenaires, par exemple le ministère de l’Environnement et la municipalité, indique-t-il.

Document résumant les résultats de l'étude by ALEXIA MARTEL-DESJARDINS on Scribd

M. Bessette affirme que le but de cette étude consiste non seulement à produire mais surtout à obtenir des données afin d'améliorer la situation par la suite.

Au cours des prochains mois, on pourra penser à prioriser certaines expositions environnementales et certains secteurs. On pourra aussi déterminer les partenaires à impliquer au sein des comités de travail, dit-il.

Malgré le faible taux de participation, M. Bessette assure qu’il est satisfait de la qualité des données.

Elle [La qualité des données] sera suffisante pour travailler à l’amélioration de différentes expositions environnementales dans le périmètre urbain. Le but, ce n'est pas d’avoir le portrait le plus parfait. On est conscients qu’on prend une photo à un certain moment, mais il y a différentes expositions qui semblent déranger plus de gens à certains endroits. C’est là-dessus qu’on va travailler, insiste-t-il.

Inquiétudes plus prononcées dans le quartier Notre-Dame

Les résidents du quartier Noranda, aussi appelé Notre-Dame, situé à côté de la Fonderie Horne, semblent particulièrement inquiets. Ce sont eux qui expriment dans la plus grande proportion une perception de risque en ce qui a trait à l'air et à leur terrain.

73 % des répondants du quartier sont fortement préoccupés par la qualité de l'environnement.

Réal Beauchamp, conseiller municipal pour le district Noranda, dit qu’il se sent lui aussi concerné en tant qu’habitant du quartier.

Quand j’entends des gens qui me disent à un moment donné : "Je ne suis pas sûr que je vais aller au parc avec mon enfant dans le quartier immédiat à Notre-Dame, je vais peut-être aller ailleurs", c’est clair que ça me questionne et que ça m’interpelle, constate-t-il.

Le conseiller rapporte que la Ville fait des démarches pour rencontrer le premier ministre afin de lui faire état de la situation à Rouyn-Noranda et de tenter d’entendre ses suggestions.

« Je pense que tout bon gouvernement qui s’en va en élections prochainement se doit de regarder un dossier comme ça, qui a vraiment un impact important sur une population. »

— Une citation de  Réal Beauchamp, conseiller municipal du district Noranda

Réal Beauchamp assure que la Ville fait des efforts pour que le gouvernement agisse.

Si ce n’est pas une priorité, ça va le devenir très prochainement, parce que les informations qui circulent sont pour le moins alarmantes et on ne peut pas passer cette situation-là sous silence. Je sens qu’il y a une pression qui s’exerce, pense M. Beauchamp.

Les résultats de l’étude ont déjà été présentés à la Ville ainsi qu’au ministère de l’Environnement du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !