•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quinzaine de logements toujours recherchés pour les sinistrés de Jonquière

Des gens assis à des tables.

Les représentants de l'Office municipal d'habitation de Saguenay ont à nouveau rencontré les évacués jeudi. La rencontre avait lieu à l'hôtel Delta de Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Radio-Canada

L'Office municipal d'habitation (OMH) de Saguenay cherche toujours une quinzaine de logements pour les sinistrés de l'incendie de l'immeuble de la rue Saint-Dominique à Jonquière.

Les représentants de l'organisme ont de nouveau rencontré les évacués jeudi en avant-midi pour les rassurer, après une première rencontre qui avait été tenue lundi.

Mais près d'une semaine après l’incendie qui a touché l’immeuble d’habitations à loyer modique (HML), il y a encore beaucoup d'inquiétude pour les 52 sinistrés.

C'est sûr qu'on s'inquiète. On a hâte d'avoir un logement. On ne se sent pas chez nous partout. [...] Notre petit chez nous, on en a besoin. C'est ça qui est le plus dur, a confié une sinistrée, Thérèse Desbiens, qui assistait à la rencontre qui avait lieu à l’hôtel Delta, à Jonquière.

Quelques propriétaires privés se sont manifestés, après l’appel lancé lundi par l’OMH de Saguenay. Des logements pour une trentaine de personnes étaient alors recherchés. L’OMH en cherche toujours une quinzaine.

Des personnes se serrent dans leurs bras.

Plusieurs sinistrés vivent de la détresse et tentent de se soutenir à travers cette épreuve.

Photo : Radio-Canada

J'ai quand même quelques propriétaires qui m'ont contactée. Actuellement, j'ai une dizaine de logements qui m'ont été offerts pour la situation actuelle. À même nos logements, on est rendu autour d'une quinzaine , a souligné Arianne Villeneuve, directrice du service à la clientèle à l’OMH de Saguenay.

Certaines personnes s'inquiètent qu'on leur propose un logement trop loin de Jonquière ou mal adapté.

Moi, je ne peux pas aller en dehors, j'ai pas d'auto. Toutes mes choses sont à Jonquière, a souligné l’une des sinistrées, Jeannette Fortin.

Raymonde Nadeau espère pour sa part avoir un logement facilement accessible. Au premier plancher, parce que je marche avec une marchette, indique-t-elle.

L’OMH tentera de trouver des logements qui répondent aux besoins des sinistrés, dont plusieurs sont des aînés.

« Avec mon équipe de sociocommunautaire, qui connaît bien les locataires, c'est sûr qu'on va regarder les situations de handicaps, les réseaux à proximité, ceux qui ont des services du CIUSSS à Jonquière. C'est l'exercice qu'on fait présentement pour relocaliser les gens. »

— Une citation de  Arianne Villeneuve, directrice du service à la clientèle à l’OMH de Saguenay
Feu dans un bâtiment et pompiers.

C'est de ce côté de l'immeuble que le feu aurait pris naissance, il y a près d'une semaine.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Expertises terminées la semaine prochaine

Les expertises sur l’ampleur des dégâts subis par l'ancien pensionnat des Sœurs du Bon-Pasteur devraient être complétées en début de semaine prochaine.

Les experts en sinistre, qui ont pénétré dans l'immeuble, ont pu récupérer quelques effets personnels, au grand soulagement des sinistrés concernés.

Je viens de récupérer ma bourse! Avec mes papiers pour l'auto et tout! , s’est réjouie Lili Chatigny.

Outre l'odeur de fumée, le contenu est intact. Je suis une privilégiée. J'avais des sous, mes cartes , ajoute-t-elle.

Plusieurs sinistrés vivent de la détresse, alors qu’ils ont tout perdu. Moi je n'ai pas d'assurance. J'ai tout perdu au complet, laisse tomber Nancy Pelletier.

Les sinistrés se serrent toutefois les coudes dans cette épreuve. Nancy Pelletier venait de recevoir 20 $ d’une autre locataire.

On a reçu une carte de la Croix-Rouge. Mais on ne peut pas s'habiller avec 350 $ et manger. J'ai quasiment rien dans mon estomac. Je ne dors plus , laisse-t-elle tomber.

D’après un reportage d’Andréanne Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !