•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg fait figure de mauvaise élève pour la sécurité de ses pistes cyclables

Une femme en vélo sur une voie cyclable à Winnipeg.

L’un des principaux problèmes de sécurité identifié dans le rapport est les limites de vitesse élevées (archives).

Photo : Radio-Canada / Darren Bernhardt

Radio-Canada

Après un sondage auprès de plus d’un millier de villes nord-américaines, l’organisme de défense du cyclisme basé au Colorado, PeopleForBikes, donne la note de 31 sur 100 à la capitale manitobaine en raison de la dangerosité de ses pistes cyclables.

L’un des principaux problèmes de sécurité identifiés dans le rapport est les limites de vitesse élevées, même dans les zones résidentielles de Winnipeg.

Beaucoup de ces rues sont limitées à 50 km/h. Cela rend beaucoup de rues moins confortables pour les cyclistes et augmente le risque de blessures ou de décès, souligne la directrice du programme pour le rapport d’évaluation, Rebecca Davies.

La continuité des pistes cyclables a également été identifiée comme un problème à Winnipeg. En effet, de nombreux itinéraires se terminent brusquement, envoyant les cyclistes directement dans la circulation. D’ailleurs, la carte du réseau cyclable de la Ville reflète un certain nombre d'intersections problématiques où les chemins ne se connectent pas.

«  Je trouve que la note de 31 % est très généreuse pour Winnipeg. »

— Une citation de  Anders Swanson, directeur général de l'association Winnipeg Trails

Peu de progrès pour rendre la pratique du vélo plus sécuritaire

L'ombre d'un cycliste sur une piste cyclable à Winnipeg.

Pour des raisons environnementales ou économiques, l’attrait semble grandissant pour la pratique du vélo (archives).

Photo : Bert Savard

Le directeur général de l'association Winnipeg Trails, Anders Swanson ne comprend pas pourquoi Winnipeg ne suit pas l’exemple de nombreuses autres grandes villes. Il y a des dizaines de grandes villes dans le monde qui ont un très bon réseau de pistes cyclables. À Winnipeg on fait le minimum possible, déclare-t-il.

La politique de la ville de Winnipeg demande que des itinéraires de transport actif soient mis en place lorsque les rues principales sont réaménagées. Mais cela n'arrive pas toujours, au grand désarroi du conseiller municipal de Saint-Boniface, Mathieu Allard, qui préside le comité des infrastructures et des travaux publics de la Ville.

Il craint que cela signifie que ces pistes cyclables ne seront jamais construites. Vous avez de grandes parties du réseau qui sont brisées, sans aucun plan sur la façon de le rétablir, affirme-t-il.

La Société d'assurance publique du Manitoba confirme qu'entre 2016 et 2020, la province a enregistré en moyenne 296 collisions par an impliquant des cyclistes. Cela fait 162 cyclistes blessés, dont 10 tués.

Le directeur général du groupe de défense local Bike Winnipeg, Mark Cohoe, espère que les électeurs de la prochaine élection municipale de Winnipeg garderont ces enjeux à l’esprit.

«  Je pense que les conseillers, à l'approche des élections municipales d'octobre, doivent s'engager à créer ce réseau et à inciter les gens à faire du vélo »

— Une citation de  Mark Cohoe, directeur général du groupe de défense local Bike Winnipeg

Le service des travaux publics de la Ville travaille sur neuf nouveaux tronçons de voies de transport actif cet été, mais seulement la moitié seront des pistes cyclables protégées :

  • sentier polyvalent du corridor de Northwest Hydro - de l'avenue Leila à l'avenue Church
  • sentier polyvalent de l'avenue Saskatchewan - du chemin Sherwin à la rue Saint-James
  • voie cyclable séparée de la rue Main - de l'avenue Assiniboine au sentier Fort Gibraltar
  • piste cyclable protégée de la rue Archibald - de la rue Doucet à la rue Plinquet
  • voies cyclables protégées de l'autoroute Pembina - du boulevard McGillivray au boulevard Chevrier
  • piste cyclable protégée du croissant University - Pembina Highway à Thatcher Drive
  • prolongement du sentier Transcona (sentier polyvalent de la promenade Reenders) - du chemin Panet à la promenade Stapon
  • piste cyclable protégée de la rue Day - Piste polyvalente du sentier Transcona jusqu'à l'avenue McMeans et de l'avenue Kildare jusqu'à l'avenue Ravelston
  • piste cyclable protégée de l'avenue Pandora - de la rue Wayota à la rue Redonda

Un attrait grandissant pour la pratique du vélo

Lyndsey Wallis fait du vélo.

Lyndsey Wallis aaffirme qu'elle n'avait surmonté que récemment sa peur de faire du vélo dans les rues de Winnipeg, après que l'inflation et les prix élevés de l'essence l'aient forcée à trouver un moyen de transport moins cher.

Photo : Radio-Canada / Randall McKenzie

Pour des raisons environnementales ou économiques, l’attrait semble grandissant pour la pratique du vélo.

La passionnée de vélo, Lyndsey Wallis, a presque totalement renoncé à utiliser sa voiture. Entre l'essence, l'assurance et le stationnement, elle estime qu'elle économise près de 200 $ par mois et qu'elle est également en meilleure santé.

« Avec l'inflation, vous essayez d'économiser de l'argent partout où vous le pouvez. »

— Une citation de  Lyndsey Wallis, passionnée de vélo

Alors qu’elle essaye d'entraîner amis et famille dans cette pratique, la sécurité des pistes cyclables est un frein. La première chose qu'ils mentionnent, c'est à quel point ils aimeraient le faire, mais ils ont peur de faire du vélo dans la rue, raconte Lyndsey Wallis. Et je ne les blâme pas.

Lyndsey Wallis a, elle-même, été victime d’un accident en vélo, heureusement sans gravité, alors qu’elle essayait d’éviter une voiture.

Avec les informations d’Emily Brass et Anne-Charlotte Carignan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !