•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arlen Dumas a harcelé sexuellement une employée, conclut une enquête indépendante

Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba sera démis de ses fonctions, affirme l’organisation.

Arlen Dumas avec une coiffe autochtone.

Le grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas

Photo : CBC / Ian Froese

Radio-Canada

L’Assemblée des chefs du Manitoba affirme qu’une enquête indépendante a déterminé que son grand chef a sexuellement harcelé une employée. Arlen Dumas a été suspendu après une plainte déposée contre lui en mars.

Un communiqué indique qu’une réunion pour démettre officiellement M. Dumas de ses fonctions aura bientôt lieu.

L’enquête a été menée par un cabinet d’avocats indépendant.

Le rapport a été présenté au conseil de direction de l’Assemblée des chefs mercredi, mais l’organisation affirme que le contenu de ce document est confidentiel.

Le Service de police de Winnipeg a déjà indiqué qu’une plainte avait été déposée mais qu’il ne pouvait pas confirmer qui étaient les personnes concernées.

Shauna Fontaine a déclaré plus tôt ce mois-ci à CBC/Radio-Canada qu'elle était la femme qui avait porté plainte contre Arlen Dumas.

Elle explique qu’elle a finalement trouvé la motivation de révéler publiquement son identité après que plus de 200 personnes eurent signé une lettre ouverte qui appelait à l'ouverture d'une enquête indépendante sur le grand chef.

Jeudi, Shauna Fontaine a souligné qu'elle se sentait satisfaite que l'enquête menée sur son ancien lieu de travail ait examiné les preuves et validé sa plainte, bien que dans l'ensemble, ses émotions restent mitigées.

« Le harcèlement sexuel, vous savez, ce n'est que la pointe de l'iceberg. »

— Une citation de  Shauna Fontaine, qui a porté plainte contre Arlen Dumas

Lorsque nous allons au travail, nous devons nous sentir en sécurité, surtout en tant que femmes autochtones qui travaillent dans un environnement autochtone, a-t-elle souligné. En même temps, je me sens très soutenu et aimé par les membres de la communauté qui m'ont contactée après que j'ai annoncé mon nom publiquement. Je me suis sentie écoutée, a-t-elle dit.

Shauna Fontaine.

Shauna Fontaine affirme que l’Assemblée des chefs du Manitoba ne l’a pas contactée et ne lui a pas présenté d'excuses (archives).

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

Shauna Fontaine affirme que l’Assemblée des chefs du Manitoba ne l’a pas contactée et ne lui a pas présenté d'excuses, même si cela signifierait beaucoup pour elle.

Pourtant, selon Mme Fontaine, une grande partie de la responsabilité consiste à faire amende honorable, et mon employeur, bien qu'il ait mené cette enquête, voit maintenant la preuve qui montre qu'il avait tort et que je disais la vérité, que je n'ai pas menti.

À ce jour, Arlen Dumas n'a pas été accusé et aucune des allégations n'a été prouvée devant un tribunal.

CBC/Radio-Canada a sollicité des commentaires de la part de M. Dumas à plusieurs reprises depuis le mois de mars, toujours sans réponse.

Rappelons qu'Arlen Dumas est devenu grand chef en 2017 et a été réélu en 2021. Avant cela, il a été chef de la nation crie Mathias Colomb, dans le nord-ouest du Manitoba, pendant plus d'une décennie.

Le chef Cornell McLean, de la Première Nation du lac Manitoba, a été choisi pour diriger l'assemblée par intérim en avril. Eric Redhead, chef de la Première Nation Shamattawa, a occupé le poste lorsque Arlen Dumas a été initialement suspendu, mais il a démissionné peu de temps après, invoquant des contraintes liées à son emploi du temps et à ses engagements.

L'Assemblée s'est engagée à réfléchir et à revoir ses politiques et ses pratiques en milieu de travail pour s'assurer de favoriser une culture de soutien et de respect.

Elle représente 62 Premières Nations de la province, soit plus de 151 000 personnes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !