•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faute de personnel, un entrepreneur de La Pocatière met la clé sous la porte

Un bureau avec une chaise vide.

Le propriétaire d'Ampère est contraint de fermer son entreprise.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un entrepreneur de La Pocatière a dû se résoudre à fermer son entreprise à cause du manque de personnel. Le propriétaire de l'entreprise Ampère, Guy Gilbert, ne pouvait tout simplement plus continuer à refuser des contrats, faute d'avoir la main-d'œuvre nécessaire pour les honorer.

En lançant son entreprise, cet entrepreneur qui a fait ses études à La Pocatière avait souhaité contribuer à la diversification de l'économie du Kamouraska.

Au plus fort de sa production, l'entreprise Ampère employait 15 personnes à ses bureaux de La Pocatière.

Les circuits imprimés, les modules électroniques et les panneaux de contrôle qui y étaient fabriqués étaient vendus à des entreprises partout au Québec, de Montréal à la Gaspésie.

En 2019, juste avant la pandémie, le propriétaire Guy Gilbert se préparait à faire un investissement de deux millions de dollars pour automatiser une partie de sa production.

Il commençait déjà à ressentir les effets du manque de main-d'œuvre à l'époque. La pandémie est venue exacerber ce problème.

« J'avais un gros roulement de techniciens. »

— Une citation de  Guy Gilbert, propriétaire de l'entreprise Ampère

Ça allait vers Québec ou vers d'autres clients de La Pocatière. C'était vraiment difficile côté production. En ayant un problème de production, on a un problème de qualité qui amène un problème de livraison, des retards de livraison, donc pas de facturation. Donc, ce n’est pas un problème de contrats, c'est un problème de livraison, explique le propriétaire d'Ampère.

L'entreprise de Guy Gilbert a également dû faire face à la pénurie de composants électroniques qui a sévi dans le monde entier.

Malgré tout, il ne se dit pas amer. Avec le recul, il croit qu'il aurait dû chercher à créer des partenariats avec d'autres entreprises pour venir à bout des problèmes auxquels il devait faire face.

C'est une leçon que plusieurs entrepreneurs devraient tirer, selon lui.

« Osez parler de votre situation. Au Québec, il n'y a pas de concurrence. Il faut penser aux partenariats. C'est ce qui va peut-être aider de petites entreprises à survivre! »

— Une citation de  Guy Gilbert, propriétaire de l'entreprise Ampère

L'entrepreneur souligne également que le gouvernement du Québec devrait offrir plus d'aide aux entreprises qui se lancent dans la production.

Selon lui, une part très importante de l'aide gouvernementale est actuellement consacrée à la recherche et au développement.

D'après les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !