•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vérité sur les vélos électriques

Un vélo électrique en vente à la boutique EBike Edmonton. Photo prise le 29 juin 2022.

Les vélos électriques sont offerts dans plusieurs modèles.

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Depuis quelques années, les vélos électriques sont de plus en plus populaires. On les voit un peu partout, plusieurs villes offrant même la possibilité d’en louer un pour une certaine période. De plus en plus de gens décident aussi de s’en procurer un.

Certaines personnes qui ne connaissent pas les vélos électriques ont parfois des idées préconçues sur ce mode de transport relativement nouveau :

  • Quand on utilise un vélo électrique, on ne fait pas d’exercice.
  • Les vélos électriques sont extrêmement chers.
  • Il faut attendre des mois avant de pouvoir se procurer un vélo.
  • La durée des piles est de courte durée et il faut souvent les remplacer.
  • C’est plus avantageux de transformer son vélo en vélo électrique que d’en acheter un.

Ces perceptions sont elles réelles ou non?

Faire ou ne pas faire d’exercice? Telle est la question

Andrew Frunchak dans l'atelier de réparation de sa boutique. Photo prise le 29 juin 2022.

Andrew Frunchak est le propriétaire de EBike Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

Selon Andrew Frunchak, propriétaire de la boutique EBike Edmonton, un vélo est un vélo, qu’il soit électrique ou non, puisque 80 % des composantes d’un vélo électrique sont les mêmes que celles d’un vélo traditionnel.

La pile, le moteur et le contrôleur comptent pour environ 20 % de ce qu’est un vélo électrique.

Il rappelle aussi que, même sur une bicyclette électrique, on doit pédaler et qu'on n'a pas toujours à utiliser l’aide fournie par le vélo.

Certains décideront de n’utiliser l’aide électrique que lorsqu’ils doivent monter une côte ou qu’ils doivent pédaler contre le vent.

D’autres l’utiliseront après un certain temps afin de pouvoir allonger la distance parcourue.

C’est cette utilisation qui a d’ailleurs convaincu Andrew Frunchak de s’intéresser aux vélos électriques.

J’avais l’habitude de faire de longues randonnées avec mon père, mais avec le temps, la durée des randonnées devenait de plus en plus courte. Après 30 minutes, il voulait qu’on retourne à la maison, car il commençait à se sentir fatigué. Maintenant, avec un vélo électrique, on peut partir pour plus de deux heures, sans problème, raconte-t-il.

Vélo électrique orange avec des accessoires bleus. Photo prise à Edmonton le 29 juin 2022.

Un vélo électrique complétement dessiné par le propriétaire de EBike Edmonton Andrew Frunchak.

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Le moteur du vélo travaille différemment selon le niveau auquel on l’utilise. Par exemple, au premier niveau, le moteur aidera à atteindre une vitesse allant jusqu’à 15 km/h. Au niveau 5, l’aide ira jusqu’à 32 km/h.

Un investissement important

Le propriétaire d'EBike Edmonton affirme qu’il rencontre de plus en plus de clients qui choisissent le vélo électrique en raison de l’augmentation du prix de l’essence. Selon lui, beaucoup de personnes veulent réduire leurs déplacements en voiture et les remplacer par des déplacements en vélo.

Un vélo électrique plié. Photo prise à Edmonton le 29 juin 2022.

Certains modèles de vélos peuvent se plier, ce qui peut se faire en seulement quelques secondes.

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

Il admet toutefois que, quand on décide de se procurer un vélo électrique, l’investissement est important.

Le coût d’entrée est élevé, mais l’argent qu'on économise après deux ou trois ans, dans le fond, on repaie son vélo avec ce qu'on aurait payé en essence, dit-il.

Un bon vélo électrique peut coûter en moyenne 3000 $. Selon la qualité, on peut payer un peu moins ou beaucoup plus.

Payez maintenant, faites du vélo plus tard?

À EBike Edmonton, comme dans plusieurs autres boutiques, il n’y a aucun problème d’approvisionnement. Les clients qui veulent un vélo peuvent repartir avec leur achat le jour où ils mettent le pied dans le commerce.

Si des gens sont à la recherche d’une marque et d’un modèle particuliers, il se pourrait qu’ils aient toutefois à attendre un peu.

Des vélos en ventes à la boutique EBike Edmonton. Photo prise le 29 juin 2022.

Pour la boutique EBike Edmonton, les problèmes de stocks sont chose du passé.

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

La situation était un peu différente en plein coeur de la crise de la COVID-19. C’était difficile et long d’avoir des stocks. Beaucoup de gens ont décidé pendant la COVID d’acheter un vélo, ce qui a joué avec l’importation, admet-il.

La vie d’une batterie

La pile est la composante la plus importante d’un vélo électrique. C’est elle qui influence le plus le prix d’un vélo.

Une pile est habituellement bonne pour 1000 recharges complètes, ce qui signifie, selon Andrew Frunchak, qu’elle durera en moyenne six ans.

C’est certain que, si on utilise son vélo tous les jours et qu'on recharge la pile de 0 à 100 % tous les jours, 1000 cycles, cela voudra dire trois ans, précise-t-il.

Quand la pile ne fonctionne plus, il est possible de la remplacer pour un coût qui varie de 500 à 1000 $.

Le meilleur vélo électrique? Le vôtre!

Il est possible de transformer un vélo traditionnel en vélo électrique. La conversion coûte environ 1500 $, soit 1100 $ pour les pièces, et 400 $, pour le travail.

Les clients demandent souvent quel est le meilleur vélo électrique. Ma réponse est : "C’est celui qui est dans votre garage, celui que vous avez depuis des années, que vous connaissez bien!", explique Andrew Frunchak.

Un chargeur de batterie, une pile et un contrôleur de vélo électrique. Photo prise le 29 juin à Edmonton.

Pour adapter un vélo régulier en vélo électrique, il faut essentiellement une pile, un contrôleur et une roue munie d'un moteur.

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

Le propriétaire d'EBike Edmonton remarque que de plus en plus de clients font convertir leur propre bicyclette, car c’est une solution qui est beaucoup moins chère et aussi fiable qu’un vélo neuf.

La seule différence, c'est qu’un vélo qui a été adapté est un peu moins beau, car le contrôleur, qui envoie les commandes au moteur, n’est pas caché comme dans les autres vélos, précise-t-il.

C’est toutefois sans doute une bonne solution parce que, selon lui, la technologie continue d’évoluer rapidement. Dans quelques années, les batteries seront plus petites et plus puissantes.

Andrew Frunchak dit que, à ce moment-là, l’investissement dans un vélo électrique en vaudra encore plus la peine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !