•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Meriem Boundaoui : l’identité du deuxième suspect révélée

Des fleurs et des toutous déposés sur le sol.

Les amis et la familles de Meriem Boundaoui avaient déposé des fleurs et des toutous sur les lieux du drame qui a coûté la vie à la jeune fille de 15 ans.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Aymane Bouadi, 27 ans, devra faire face à la justice pour son rôle présumé dans le meurtre de Meriem Boundaoui.

Sa comparution au palais de justice de Montréal a eu lieu jeudi en fin d'avant-midi. Parmi la liste des gestes retenus contre lui, on trouve une accusation de meurtre au premier degré, celui de l'adolescente de 15 ans survenu le 7 février 2021

Aymane Bouadi devra également répondre de quatre autres chefs de tentatives de meurtre. Il doit recomparaître devant la Cour le 22 juillet.

Il fait partie des cinq personnes arrêtées mercredi en lien avec cette affaire. Les autres suspects n'ont toujours pas comparu, et on ne connaît pas la nature des accusations qui seront déposées contre eux.

Selon le SPVM, Aymane Bouadi se trouvait dans la voiture avec son présumé complice, Salim Touaibi, au moment du meurtre. M. Touabi a été arrêté quelques jours plus tôt. Il a également été formellement accusé de meurtre prémédité.

Il aura donc fallu 16 mois avant de connaître l'identité des meurtriers présumés. L'arme du crime n'a quant à elle toujours pas été retrouvée.

Rappelons que Meriem Boundaoui a été tuée d'une balle à la tête alors qu'elle était assise sur le siège passager d'une voiture, à l'angle des rues Valdombre et Jean-Talon, dans l'arrondissement de Saint-Léonard à Montréal.

Selon la théorie de la police, l'adolescente de 15 ans s'est retrouvée ce jour-là au mauvais endroit, au mauvais moment, et serait une victime collatérale d'un conflit qui aurait éclaté non loin de là.

Avec des informations de Hadi Hassin

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.