•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Cour suprême du Canada refuse d’entendre l’appel d’un proxénète de la C.-B.

Reza Moazami a été condamné à 23 ans de prison.

Reza Moazami a été condamné à 23 ans de prison en 2015.

Photo : CBC

Radio-Canada

La Cour suprême du Canada a refusé jeudi d'entendre l'appel déposé en septembre 2021 par Reza Moazami, un Britanno-Colombien reconnu coupable de traite de personnes en 2014. Reza Moazami faisait valoir que la conduite de James Fisher, l’enquêteur en chef chargé de son dossier, avait porté atteinte à son droit à un procès équitable.

En 2018, l’ancien détective a plaidé coupable à des accusations pour des crimes de nature sexuelle, notamment pour avoir embrassé une victime dans l’affaire Moazami.

La Cour d’appel de la Colombie-Britannique, le plus haut tribunal de la province, a rejeté deux appels interjetés par Reza Moazami jugeant que le comportement répugnant de l’enquêteur n'a pas porté atteinte à son droit à un procès équitable.

Les juges avaient alors estimé qu'il n'y a pas eu de nouvelle preuve admissible suggérant que James Fisher a interféré avec les victimes ou les témoins dans le procès d'une manière qui aurait conduit à une erreur judiciaire ou à un abus de procédure.

En 2014, Reza Moazami a été déclaré coupable de 30 chefs d’accusation, dont un pour de la traite de personnes en vertu du Code criminel, une première dans la province.

Dans son procès en Cour suprême de la province, il a été démontré qu’il avait recruté des jeunes filles qui se prostituaient en échange de drogue, d'alcool et même d'animaux de compagnie.

Reza Moazami s'est vu imposer une peine de prison de 23 ans, qui a été réduite de cinq ans, parce qu’il avait été détenu de manière préventive dans l'attente de son procès.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !