•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des efforts de protection de la tortue des bois à Saint-Mathieu-du-Parc

Une tortue des bois, de côté, tenu dans les mains d'un homme.

Le reportage de Katy Cloutier.

Photo : Radio-Canada / Katy Cloutier

À Saint-Mathieu-du-Parc, la tortue des bois est devenue un membre de la communauté. L'école primaire porte son nom. La signalisation routière installée à différents endroits indique sa présence à proximité, mais ironiquement peu de citoyens ont pu l’apercevoir dans les dernières années.

Pour l’une des rares fois, Radio-Canada a pu assister à l’une de ces rencontres, un grand coup de chance , selon l’écologiste Marc-André Valiquette.

Tomber sur deux tortues adultes… ça ne m’est jamais arrivé en 8 ans , raconte celui qui travaille au Parc national de la Mauricie depuis 2014.

C’est grâce à des émetteurs fixés sur le dos des tortues que Marc-André Valiquette peut suivre les tortues dans leurs déplacements.

L'intérêt pour le reptile est né il y a une vingtaine d'années dans la municipalité de la MRC de Maskinongé, quand sa présence a été remarquée de façon plus fréquente.

Marc-André Valiquette et Gabrielle Cauchon Déry tiennent chacun dans leurs mains une tortue des bois.

L'écologiste au parc national de la Mauricie, Marc-André Valiquette, et la chargée de projet pour Conservation de la nature Canada, Gabrielle Cauchon Déry.

Photo : Radio-Canada / Katy Cloutier

Depuis, Parcs Canada s'est allié à des partenaires, comme Conservation de la nature Canada (CNC), pour contribuer au plan de rétablissement de l'espèce, considérée vulnérable.

C'est une bête charismatique, on dirait un petit dinosaure. Elle a des comportements attachants, qu'on ne comprend pas toujours. Par exemple, lorsque la femelle pond, elle va chercher l'endroit idéal pendant des jours , explique la chargée de projet pour CNC, Gabrielle Cauchon-Déry.

L'objectif des biologistes est d'éliminer les risques qui menacent la tortue des bois à Saint-Mathieu-du-Parc, pour augmenter le bassin local, identifié comme l'un des trois plus grands au Québec.

En comprenant mieux la bête, les équipes se permettent d’aménager des aires protégées, autant dans le parc que dans la municipalité.

Dès qu’un citoyen aperçoit une tortue, il est demandé de la prendre en photo pour donner des informations à CNC, via la plateforme web Carapace.

Un panneau de signalisation routière annonçant la présence de tortue des bois sur 5 km, à Saint-Mathieu-du-Parc.

Des panneaux de signalisation routière annoncent la présence de tortue des bois, à Saint-Mathieu-du-Parc.

Photo : Radio-Canada / Katy Cloutier

Ça nous permet d’identifier l’espèce, de voir son état aussi , explique Gabrielle Cauchon Déry.

Dans les prochains mois, une étape supplémentaire sera franchie. Les spécialistes tenteront de tester la solidité des mini-clôtures permettant de diriger les tortues.

Une chose importe: ne pas déranger les tortues des bois. Ainsi, chaque étape est réalisée en suivant le rythme de l’animal, un pas à la fois.

Avec les informations de Katy Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !