•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduction de 5,7 ¢ le litre d’essence en Ontario, une aide « massive », dit Doug Ford

Une femme remplit sa voiture d'essence à une station-service.

Jeudi, le prix du carburant ordinaire était autour des 2 $ le litre en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Maud Cucchi

Pour la fête du Canada, le gouvernement ontarien allège la taxe sur l’essence de 5,7 cents le litre, et sur les carburants de 5,3 cents le litre. Une promesse électorale présentée comme une « aide massive » par le premier ministre Doug Ford, qui exhorte Ottawa à faire de même en pleine période d'inflation galopante.

Ces allègements à la pompe entreront en vigueur le 1er juillet et s'étendront sur un semestre, a précisé le premier ministre en conférence de presse devant une station d'essence, en compagnie du ministre des Finances, Peter Bethlenfalvy, et la ministre des Transports, Caroline Mulroney.

Doug Ford s'est défendu des critiques lui reprochant le faible impact économique d'une telle mesure aujourd'hui, laquelle figurait déjà parmi ses promesses électorales de 2018. Au contraire, cette réduction de taxe aidera les Ontariens de manière massive, a répété M. Ford.

Doug Ford en conférence de presse.

Doug Ford fait valoir que les mesures provinciales feront économiser en moyenne 465 $ par ménage en 2022.

Photo : YouTube

Avec les changements sur les droits de renouvellement des plaques d’immatriculation, son gouvernement calcule qu'un ménage possédant un véhicule économisera en moyenne 465 $ cette année.

« Il s'agit d'économies réelles. Cela signifiera quelque chose pour les familles ontariennes. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

C'est désormais vers le gouvernement fédéral que ses attentes se tournent. L'Ontario demande à Ottawa une réduction de la taxe sur le carbone, qui est passée à 11,05 cents le litre pour l’essence et à 13,41 cents le litre pour le carburant diesel le 1er avril 2022, déplore l'annonce provinciale.

Nous avons désespérément besoin de l'aide d'Ottawa [...] En ce moment même. On s'avance avec 10 cents. Et oui, ça va probablement affecter un peu notre budget, mais le fédéral doit faire la même chose, même si c'est temporaire, a ajouté le premier ministre ontarien.

La vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, au Empire Club of Canada à Toronto le 16 juin 2022.

La vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

La ministre fédérale des Finances, Chrystia Freeland, affirme que la tarification du carbone est une mesure efficace pour encourager la transition vers une économie plus verte. Elle comprend toutefois que la hausse des prix est un enjeu pour les citoyens et les PME.

Nous sommes là, nous devons et nous allons trouver un équilibre entre les mesures pour soutenir les Canadiens et une position fiscale responsable, absolument nécessaire dans un contexte d'inflation élevée, a déclaré la ministre .

Mme Freeland a rappelé que la guerre en Ukraine avait fait augmenter le prix de l'essence.

Selon Dan McTeague, président du groupe de revendication Canadians for Affordable Energy, les prix actuels à la pompe relèvent d'une pause, voire de l'œil du cyclone. Je pense qu'en juillet et août, les prix remonteront à 2,10 $ voire 2,20 $ le litre, malgré ce que le gouvernement provincial a fait, prévient l'ancien député libéral.

L'Ontario n'est pas la première province à proposer une telle réduction de taxe. Début juin, les Terre-Neuviens ont bénéficié d'une réduction de 7 ¢ le litre, tandis que l'Alberta a suspendu la taxe provinciale de 13 ¢ le litre plus tôt dans l'année.

Biden et Keystone en travers

La conférence de presse a été aussi l'occasion pour Doug Ford de critiquer vertement la décision du président américain Joe Biden d'annuler le projet de l'oléoduc Keystone XL, en janvier 2021.

Nous avons vu ce qui s'est passé avec le président Biden, il a coupé le pipeline, ce qui était la chose la plus folle que j'ai jamais entendue, s'est emporté M. Ford. Et ensuite il est là, à supplier l'Arabie et le reste de ces pays [...] le Venezuela, pour nous donner du gaz. Vous plaisantez!

« On a plein de gaz, on pourrait probablement pomper 800 000 barils de plus par jour si on avait le pipeline. Je ne comprends pas. »

— Une citation de  Doug Ford

En mars, le premier ministre de l'Ontario s'était même déplacé en mission politique et commerciale à Washington dans l'espoir de mieux positionner sa province dans le virage protectionniste américain.

Lors d'une allocution prononcée devant le Canadian American Business Council, il avait demandé de rejeter le Buy American Act et de le transformer en Buy North American Act [Loi achetez nord-américain, traduction libre].

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !