•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chèvres handicapées font fureur à Val-d’Or

Amelia Keesman attache la chaise roulante de Demy.

Amelia Keesman s'est rendue en Ontario pour récupérer Demy, une chèvre qui est née dans la neige et qui a perdu le bout de ses pattes arrières.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Le projet de la Petite fermette du mieux-être ajoute une corde à son arc avec la prise en charge de chèvres vivant avec un handicap.

Les Valdoriens Amelia Keesman et Kenny Ross accueillent depuis quelques semaines trois nouveaux pensionnaires bien particuliers sur leur fermette située à Sullivan.

Vivant avec divers handicaps physiques ou mentaux, Demy, Arturo et Micky sont devenus les vedettes des activités que le couple tient auprès du public et de divers organismes.

Ce sont des animaux de ferme qui demandent plus de soins, de temps et d’argent et qui sont normalement euthanasiés, raconte Amelia Keesman.

Amelia Keesman et Kenny Ross avec deux chèvres sur leur ferme.

Amelia Keesman et Kenny Ross, copropriétaires de la Petite fermette du mieux-être.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

« Dans le cadre de nos activités de zoothérapie, on sait que ce sont des animaux qui peuvent établir un lien et une connexion avec nos clients qui ont des besoins particuliers, ce que d’autres chèvres ne sont pas capables de donner. »

— Une citation de  Amelia Keesman

Une chaise roulante adaptée!

Le couple n’a pas hésité à parcourir des centaines de kilomètres pour aller chercher Demy et Arturo en Ontario et dans la région de Montréal.

Née dans la neige, Demy a perdu le bout de ses pattes arrières. Elle marche très difficilement. En plus de lui prodiguer des soins avec une physiothérapeute animale pour renforcer ses muscles, Amelia Keesman et Kenny Ross lui ont adapté une petite chaise roulante qui lui permet de se déplacer rapidement.

Elle était tellement contente dès la première fois qu’elle a pu rouler, souligne Amelia Keesman. Ça lui a donné toute la mobilité qu’elle avait perdue. Elle est devenue la vedette de nos sorties avec la fermette. Sa présence est magique.

Arturo aura lui aussi bientôt droit à une chaise roulante, lui qui est né avec des pattes déformées et qui doit douloureusement marcher sur les genoux. Tout comme Demy, il aura aussi un jour des prothèses qui vont lui rendre la vie plus facile.

La chèvre Demy est assise sur une chaise roulante. Elle peut avancer grâce à ses pattes avant sur le sol.

Demy est populaire à la Petite fermette du mieux-être avec sa chaise roulante adaptée.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

On a quand même trouvé facilement les chaises roulantes, parce que plusieurs compagnies en font pour des chiens, indique Mme Keesman. On travaille aussi avec une dame qui va nous fabriquer les prothèses, avec des pièces de rechange, ce qui va coûter beaucoup moins cher. On réussit à trouver de l’aide à gauche et à droite et on passe aussi beaucoup de temps à demander des conseils sur des groupes Facebook.

Leur donner une belle vie

En plus d’offrir un refuge pour plusieurs animaux abandonnés, les promoteurs de la Petite fermette du mieux-être veulent continuer de développer ce volet et donner une belle vie à des animaux handicapés.

Un autre pensionnaire, Twist, est d’ailleurs attendu avant la fin de l’été.

On a récemment rencontré un homme qui avait une prothèse et qui a eu une super connexion avec Demy. Les gens voient souvent ces animaux comme quelque chose de brisé, de déformé. Moi, je vois en eux quelque chose de beau. Pour nous, mettre en lien des animaux dans le besoin avec des humains dans le besoin, ça complète le cercle, conclut Amelia Keesman.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !