•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère coupable de fraude en matière de soins de son fils adulte

Colette Theriault.

Colette Theriault à la sortie du tribunal, à Saint-Jean, le 29 juin 2022, où elle a été reconnue coupable d’avoir fraudé le ministère du Développement social du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Graham Thompson

Radio-Canada

Une résidente de St. Martins, au Nouveau-Brunswick, est reconnue coupable d’avoir fraudé l’aide financière provinciale qu’elle recevait pour les soins de son fils adulte handicapé.

Colette Theriault a subi un procès pour fraude et vol de plus de 5000 $. Les autorités provinciales l’accusaient de mauvais usage des plus de 5000 $ que le ministère du Développement social fournissait pour des soignants de son fils de janvier 2014 à mars 2018.

Le juge Larry Landry, de la Cour du Banc de la Reine, a suspendu l’accusation de vol, mercredi.

En prononçant son verdict de culpabilité pour l’accusation de fraude, le juge a résumé certains témoignages, dont ceux de personnes qui disaient n’avoir pas reçu d’argent de Colette Theriault bien qu’elle avait soumis leur nom au ministère comme soignants de son fils.

Certaines personnes qu’elle a inscrites sur sa liste comme soignants étaient des amis ou des connaissances qui n’avaient pas d’expérience en matière de soins. Colette Theriault disait au ministère, à leur insu, qu’elle les rémunérait pour l’aider à soigner son fils.

Colette Theriault pousse le fauteuil roulant sur lequel siège son fils adulte.

Colette Theriault et son fils, Dominic, à la sortie du tribunal en juillet 2019.

Photo : Radio-Canada / Graham Thompson

Le montant total de la fraude n’a pas été précisé en cour, mais selon les témoignages il s’élève probablement à plus de 100 000 $.

Durant les 51 mois en question, Colette Theriault aurait reçu plus de 260 000 $ du ministère pour les soins de son fils, mais cette somme n’est pas entièrement alléguée comme ayant été frauduleusement utilisée.

Le ministère a cessé ses versements en 2018 après qu’une vérification a révélé des irrégularités qui ont ensuite fait partie de cette cause au criminel.

Le fils de Mme Theriault, Dominic, est âgé de 31 ans, mais il fonctionne comme un enfant de 2 ans, a-t-elle expliqué. Selon elle, il ne peut pas parler, il a parfois des convulsions et il ne peut donc être laissé seul.

Anciennes déclarations de Colette Theriault

Colette Theriault a indiqué au cours d’une entrevue accordée en 2019, après que le ministère a cessé ses versements, qu’elle avait reçu chaque mois de l’argent de la province pour employer des soignants à domicile.

Elle disait à ce moment qu’elle avait dû parfois leur verser plus que la rémunération obligatoire de 14 $ l’heure parce qu’ils devaient se déplacer pendant 40 minutes pour se rendre chez elle afin de soigner son fils, et que dans les documents qu’elle soumettait au ministère elle réduisait le taux horaire en répartissant la somme sur plus d’heures de travail qu’en réalité.

Colette Theriault soutenait qu’elle n’avait jamais gardé la moindre somme pour elle-même ni surpassé l’allocation mensuelle totale. Elle affirme encore que tout l’argent qu’elle a reçu a servi aux soins de son fils.

Sa peine sera prononcée en septembre

Colette Theriault connaîtra sa peine le 9 septembre. Elle n’a pas voulu faire plus de commentaires à la sortie du tribunal, mercredi.

Le Code criminel catégorise les fraudes comme étant soit supérieures ou inférieures à 5000 $. Toute personne coupable de fraude de plus de 5000 $ est passible de 14 ans de prison. Il n’y a pas de peine minimale pour une fraude à moins qu’elle excède 1 million de dollars.

D’après un reportage de Mia Urquhart, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.