•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fleuve Saint-Laurent immortalisé en 100 tableaux

Une personne devant cinq tableaux.

Le style de chaque peintre se démarque dans chaque toile.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

Pendant quatre ans, les peintres Gérard Boulanger, Raymond Quenneville, Yvon St-Aubin, Yvon Lemieux et Robert Roy ont peint une partie du fleuve avec le souhait de léguer 100 tableaux le représentant aux générations futures. Cette impressionnante production est exposée au Musée Pierre-Boucher, à Trois-Rivières.

Port-au-Persil, le lac Saint-Pierre, Charlevoix, le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, Kamouraska, Trois-Rivières… en chaque endroit le fleuve offre un point de vue unique. On le retrouve parfois surplombé par les montagnes et les falaises, parfois prenant l’allure de marécages, parfois s’élargissant presque à l’infini. Les 100 tableaux témoignent à la fois de la beauté du fleuve, mais aussi de l’amour que lui portent les peintres paysagistes.

Cinq années de production

C’est en 2015 qu’est née l’idée de le peindre, de son point de départ jusqu’à la mer. Puis à partir de 2016, ils ont peint chaque année une partie du cours d’eau. Ils ont commencé par Kingston en Ontario, pour se rendre jusqu’à Québec, explique Raymond Quenneville. Dans la région de Québec, on a amalgamé la côte de Beaupré, l’île d’Orléans et Bellechasse. Ensuite une autre année, on est allés [dans] Charlevoix-Côte Nord. Ils ont aussi couvert le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. C’est ainsi qu'ils ont divisé le fleuve en cinq régions.

Cinq hommes sourient devant l'objectif.

De gauche à droite : Gérard Boulanger, Raymond Quenneville, Yvon St-Aubin, Yvon Lemieux, Robert Roy

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

L’artiste peintre relève que chaque tableau est représentatif de la démarche de chacun des membres. Gérard Boulanger tend vers l’impressionnisme; chez Raymond Quenneville, les coups de pinceau sont invisibles; Yvon St-Aubin se distingue par ses couleurs; Yvon Lemieux a lui aussi un style distinctif : il peint sur fond noir; et dans la démarche de Robert Roy, on retrouve l’action, le mouvement.

De 2016 à 2020, ils ont peint environ 300 tableaux. C’est ensemble qu’ils ont sélectionné les 100 œuvres de la collection. Chaque année, on en choisissait 20 parmi les tableaux qu’on a peints pendant l’année, relate Raymond Quenneville.

Sept tableaux illustrent le fleuve Saint-Laurent.

Les rives du fleuve ont été immortalisées de Kingston jusqu'en Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Josée Bourassa

Un legs inestimable

Bien que le projet demande une implication sans relâche et que chacun doit aussi par moment mettre en veilleuse sa propre production, c’est la volonté d’offrir un témoignage en héritage qui les a tenus. Le mot legs, je pense que c’est ce qui nous a animés le plus. On est des peintres de carrière, on a fait ça pendant 40, 45 ans, jusqu’à 50 ans dans le cas d’Yvon Lemieux. C’est l’fun de dire "on va monter une collection qui va être léguée au public, qui va être léguée aux générations futures".

Le Port de Trois-Rivières s’est porté acquéreur de l’entière collection et compte la rendre accessible au plus grand nombre. À travers les groupes scolaires cet automne, à travers les autres ports à travers le pays. On est bien heureux de ça, ajoute Raymond Quenneville.

Mais, c’est au Musée Pierre-Boucher, à Trois-Rivières, que revient l’honneur de la présenter pour la toute première fois, puisqu’il s’agissait presque d’une promesse faite par les peintres au Musée. La collection Hommage au Saint-Laurent y est présentée jusqu’en février 2023. C’est gratuit. Et ça vaut le détour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !