•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vladimir Poutine dénonce les « ambitions impériales » de l’OTAN

Le président russe Vladimir Poutine.

Le président russe Vladimir Poutine

Photo : via reuters / SPUTNIK

Agence France-Presse

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé mercredi les « ambitions impériales » de l'OTAN qui cherche, selon lui, à affirmer son « hégémonie » par l'intermédiaire du conflit ukrainien.

L'appel à l'Ukraine à poursuivre les combats et à refuser les négociations ne fait que confirmer notre hypothèse que l'Ukraine et le bien du peuple ukrainien, ce n'est pas l'objectif de l'Occident et de l'OTAN, mais un moyen de défendre leurs propres intérêts, a affirmé M. Poutine, lors d'une conférence de presse à Achkhabad, la capitale turkmène.

Les pays leaders de l'OTAN souhaitent [...] affirmer leur hégémonie, leurs ambitions impériales, a-t-il accusé.

L'Alliance atlantique et avant tout les États-Unis avaient besoin depuis longtemps d'avoir un ennemi extérieur autour duquel ils pourraient réunir leurs alliés, selon Vladimir Poutine.

L'Iran n'était pas bon pour cela, a-t-il estimé.

Nous leur avons donné cette chance, la chance de réunir tout le monde autour d'eux, a ironisé M. Poutine.

Avertissement à la Suède et à la Finlande

Concernant l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, M. Poutine a assuré que son pays n’y voyait pas de problème.

Nous n'avons pas de problèmes avec la Suède et la Finlande, tel qu'on en a avec l'Ukraine, a-t-il déclaré.

Nous n'avons pas de différends territoriaux [...], il n'y a rien qui pourrait nous déranger du point de vue de l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN, a assuré le maître du Kremlin.

Cependant, Vladimir Poutine a averti qu’en cas de déploiement de contingents militaires et d'infrastructures militaires là-bas, nous serons obligés de répondre de manière symétrique et de créer les mêmes menaces pour les territoires d'où émanent les menaces pour nous.

Le processus d'adhésion de la Suède et de la Finlande a été officiellement lancé mercredi lors du sommet de l'OTAN à Madrid.

Poutine défend son armée

Par ailleurs, revenant sur les opérations militaires sur le terrain ukrainien, le président russe a rejeté mercredi la responsabilité de l'armée russe dans la frappe qui a fait au moins 18 morts selon Kiev dans un centre commercial bondé à Krementchouk, en Ukraine.

Notre armée ne frappe aucun site d'infrastructure civile. Nous avons toutes les possibilités de savoir où se trouve quoi, a assuré M. Poutine.

Chez nous, personne ne tire juste comme ça, au hasard. Normalement, cela se fait sur la base des données de renseignement sur les cibles et avec des armes de haute précision, a-t-il poursuivi.

L'Ukraine a accusé la Russie d'avoir frappé et détruit lundi un centre commercial de Krementchouk, à 330 kilomètres au sud-est de Kiev, faisant au moins 18 morts et des disparus.

Le lendemain, l'armée russe a démenti avoir visé une installation civile, assurant avoir bombardé un dépôt d'armes voisin et que le centre commercial n'était pas en activité à ce moment-là.

Notre dossier Guerre en Ukraine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !