•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roe c. Wade renversé, des Fransaskoises s’inquiètent des répercussions au Canada

Denis Séguin Horth avec la main sur la poitrine.

Fransaskoise et doula de fin de vie, Denise Séguin Horth, devant chez elle mardi le 29 juin

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

Le renversement de l'arrêt Roe contre Wade par la Cour suprême des États-Unis crée une onde de choc qui n'épargne pas la Fransaskoisie.

La résidente de Regina, Denise Séguin Horth, parle d'injustice, ni plus ni moins.

L’impact me fâche et je trouve injuste qu’on pense qu’on peut contrôler la décision de quelqu’un d’autre et d’ajouter la honte de cette décision aussi. dit-elle.

Or la Réginoise s'inquiète aussi des conséquences de la décision en territoire canadien.

Même son de cloche pour une seconde Fransaskoise, Gabrielle Dufresne, qui souligne l'influence qu'ont sur nous nos voisins du Sud.

Ici au Canada les droits sont protégés, pour l'instant, mais on se dit souvent que l’influence que les États-Unis ont sur le Canada est palpable surtout dans une province aussi conservatrice que la Saskatchewan. 

Or selon l’avocat de Saskatoon, Jean-Pierre Séguin, il serait peu probable que le Canada se retrouve dans la même situation que les États-Unis.

Selon lui, davantage de lois ne sont pas nécessaires pour protéger le droit à l'avortement au Canada. C'est plutôt l'accès à ce service qui est préoccupant. Il faut assurer l'accès à l'avortement à celles qui le demandent.

Avec les informations de Katia St-Jean et Bryanna Frankel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !