•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet Boisé Saint-Rédempteur prendra forme sur un terrain déboisé illégalement

Un terrain non aménagé avec à l'arrière-plan un immeuble à logements.

625 arbres étaient sur ce terrain déboisé en vue de la construction d'un immeuble à logements. Ils ont été coupés sans permis (archives).

Photo : Radio-Canada

Alice Proulx

Le nouveau projet de développement domiciliaire, le Boisé de Saint-Rédempteur, sera établi sur des terres déboisées de façon illégales. L'ancien propriétaire de ce terrain, près de la polyvalente et du cégep de Matane, a coupé plusieurs arbres, sans permis, à l'automne 2020.

Après le dévoilement du projet du Boisé de Saint-Rédempteur, le 13 juin, Radio-Canada a fait une demande d'accès à l'information auprès de la Ville de Matane pour connaître la nature exacte du constat d'infraction en lien avec le déboisement du terrain.

La construction de 89 logements prendra forme sur un terrain désormais vague où se trouvait auparavant une forêt bondée d'arbres.

Un constat d'infraction remis à l'auteur de ce déboisement, Construction C.E.G. inc., dont Radio-Canada a obtenu copie, révèle que ces coupes illégales ont été réalisées en octobre 2020.

Le ou vers le 27 octobre 2020, le propriétaire a abattu, laissé abattre ou fait abattre des arbres sans avoir obtenu de la Ville de Matane un certificat d’autorisation d’aménagement de terrain, peut-on lire sur le constat que la Ville de Matane a remis le 16 novembre 2020 à Construction C.E.G. inc. qui était propriétaire de ce lot.

L'hôtel de ville.

La Ville de Matane a été mise devant le fait accompli (archives).

Photo : Radio-Canada

Selon le procès-verbal du 9 novembre 2020 de la commission permanente de la Ville de Matane, l'inspecteur mandaté au dossier du déboisement, Paul Dugré, a constaté une coupe à blanc sur une superficie d’environ 10 000 mètres carrés, ce qui représente plus de 625 arbres.

La commission avait, dès lors, recommandé au conseil municipal d'entreprendre des procédures judiciaires, notamment en livrant au propriétaire un constat d’infraction pour l’abattage d’arbres sans permis.

Une amende de 896 $, soit 600 $ pour la peine et 296 $ pour l'avis de réclamation, a ainsi été remise au directeur général de l'entreprise, Charles-Éric Gauthier.

L'entreprise déplorait un manque de communication

Dans un courriel envoyé à Paul Dugré le 19 novembre 2020, Charles-Éric Gauthier mentionne qu'il trouve déplorable que la Ville n'ait pas pris le temps de discuter avec lui ou, à tout le moins, de l'avertir de cette situation avant de lui remettre un constat d'infraction.

Notre entreprise a toujours collaboré avec les intervenants de la Ville dans le passé et, au risque de nous répéter, agir d'une manière aussi cavalière représente à la limite un manque de respect, écrit M. Gauthier dans ce courriel envoyé à l'inspecteur Dugré.

L'entreprise Construction C.E.G. inc.

À Matane, Construction C.E.G. inc. s’est spécialisée au fil des années dans la construction de bâtiments modulaires préfabriqués destinés aux régions éloignées comme le Grand Nord québécois, le Grand Nord canadien, le Nunavut et la Basse-Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

M. Gauthier jugeait que son entreprise n'avait pas contrevenu aux règlements municipaux puisqu'elle aurait amorcé le déboisement de ce terrain il y a plusieurs années.

Fait assez inusité et contradictoire, nous avons procédé graduellement à du déboisement et du remblai sur ce terrain et il est arrivé à l'occasion que des camions de la Ville viennent décharger du remblai lorsqu'ils travaillaient à proximité, peut-on aussi lire dans ce courriel.

Selon Charles-Éric Gauthier, la moindre des choses aurait été de lui permettre de s'expliquer et de faire des représentations auprès des décideurs pour leur faire connaître l'historique complet de cet abattage d'arbres.

Tourner la page sur cette histoire

Un reçu de caisse, envoyé le 17 décembre 2020 à la Ville de Matane, confirme que l'entreprise Construction C.E.G. inc. a payé l'amende qui lui était due.

Interpellé mardi, M. Gauthier a mentionné qu'il ne souhaitait pas commenter le dossier.

Le co-propriétaire de STB Immobilier, Joël Bernier, maintenant responsable du projet, soutient, de son côté, que Charles-Éric Gauthier souhaite tourner la page sur cette histoire et regarder vers l'avenir.

Il assure également que Construction C.E.G. inc. n'est plus actionnaire du projet immobilier qui sera aménagé sur les terres de l'ancien boisé de Saint-Rédempteur.

Avec les informations de Joane Bérubé, Jean-François Deschênes et Catherine Charest

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !