•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garde d’enfants : les services de nuit désormais autorisés à Wood Buffalo

Des enfants, par terre, écoutent une histoire.

Les services de garde de nuit sont déjà autorisés par le gouvernement albertain depuis 2019 (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Dans le nord-est de l’Alberta, la Municipalité régionale de Wood Buffalo a approuvé les propositions de modifications du règlement sur les services de garde d'enfants, permettant ainsi aux garderies d’offrir des services de nuit aux familles qui le désirent.

Après avoir décidé de ne pas suivre le gouvernement albertain qui autorise les garderies de nuit depuis 2019, la Municipalité régionale de Wood Buffalo a finalement décidé de supprimer dans son règlement la restriction sur les services de nuit dans les garderies.

Jusque-là, seuls les foyers de jour non agréés, et donc non assujettis à la réglementation de la municipalité régionale, pouvaient offrir des gardes de nuit.

Une décision applaudie par certains

La nouvelle réjouit Kyla Penner, la présidente-directrice générale du service de garderie KP Squared Innovative Child Care. Je me sens soulagée, cela a été une longue attente, confie-t-elle.

Kyla Penner milite depuis quelques années pour l'ouverture d'une garderie de nuit à Fort McMurray, dans la municipalité régionale de Wood Buffalo. Elle précise qu'il y a déjà 40 personnes sur la liste d'attente. 

Kyla Penner dit avoir rencontré des représentants des entreprises qui exploitent des sables bitumineux dans la région, qui lui ont confié qu'il était difficile de pourvoir des postes, en partie à cause du manque de garderies disponibles 24 heures sur 24.

La municipalité régionale de Wood Buffalo est notamment connue pour abriter les gisements de sables bitumineux de l'Athabasca.

Kyla Penner ajoute que, pour les mêmes raisons, l'Hôpital de Fort McMurray a également du mal à pourvoir des postes permanents et occasionnels.

Kyla Penner croit que les changements apportés au règlement de la municipalité régionale aideront à résoudre ce problème et, surtout, permettront à des femmes de revenir sur le marché du travail.

Elle annonce par ailleurs que sa garderie, qui devrait ouvrir ses portes en septembre, disposera de chambres individuelles pour les enfants, afin qu'ils se sentent davantage comme chez eux.

Désapprouvée par d'autres

Janet Huffman est formatrice en garde d'enfants à l'Alberta Resource Centre for Quality Enhancement, un organisme provincial qui offre du soutien et des ressources aux services de garde. 

Elle s'oppose aux garderies qui fonctionnent de jour comme de nuit. Il vaut mieux faire tout notre possible pour garder un enfant dans un cadre familial, [car] c'est là qu’il doit être, dit-elle.

Selon elle, le manque de travailleurs qualifiés est déjà un défi pour les garderies. Elle aimerait qu'il y ait un comité de travail qui proposerait des solutions aux exploitants de garderies en milieu rural. 

Une autre professionnelle du milieu de la garde d’enfants, Lyn Williams, est également contre le nouveau règlement, car les services de jour offrent un cadre plus familial. Elle craint que d'autres problèmes ne surviennent si les enfants dorment à la garderie et y restent trop longtemps. 

Quand les parents vont chercher les enfants, ils vont remarquer des changements dans leurs comportements, parce que les enfants ont trop longtemps été loin de leur famille, affirme-elle.

Lyn Williams estime par ailleurs que les tarifs des services de nuit sont trop élevés pour la majorité des familles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !