•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le loyer pourra être augmenté d’un maximum de 2,5 % en Ontario en 2023

Le quartier Waterfront, qui longe le lac Ontario, compte beaucoup de propriétés annoncées sur le site d'Airbnb.

Presque tous les foyers de location sont concernés. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les propriétaires de l'Ontario pourront augmenter les loyers d'un maximum de 2,5 % sur la plupart des logements sans demander d'approbation spéciale l'année prochaine.

L'Ontario a fixé le taux maximal d'augmentation des loyers autorisé pour les propriétaires l'année prochaine à un niveau inférieur à l’inflation.

Selon le ministre des Affaires municipales et du Logement, Steve Clark, le gouvernement cherche à assurer une stabilité en fixant la ligne directrice à un niveau inférieur à l'inflation, alors que les familles sont confrontées à la hausse du coût de la vie, peut-on lire dans un communiqué.

La province indique que le taux s'applique à la majorité des foyers locataires, mais qu'il ne s'applique pas aux logements qui ont été occupés pour la première fois après le 15 novembre 2018, aux logements vacants, aux logements communautaires, aux foyers de soins de longue durée ou aux propriétés commerciales.

Les propriétaires peuvent également demander à la Commission de la location immobilière de la province de faire une exception pour certains de leurs logements.

Selon l'indice des prix à la consommation de l'Ontario, si la hausse maximale des loyers était liée au taux d’inflation, celle-ci serait de 5,3 %. Toutefois, la province a plafonné ce montant pour aider à protéger les locataires contre des augmentations de loyer importantes, peut-on lire dans le communiqué.

La ligne directrice sur l'augmentation des loyers pour 2022 est de 1,2 %.

Le NPD s’y oppose

Le NPD de l'Ontario a riposté par voie de communiqué. Selon la formation politique, il est tout à fait erroné de donner le feu vert à une hausse des loyers en ce moment. Les [finances des] gens sont plus pressées que jamais, ajoute-t-on dans le communiqué.

Le NPD milite pour une loi sur la stabilisation des loyers qui interdirait les augmentations illimitées entre deux locataires, ainsi que pour un contrôle des loyers de tous les logements en Ontario.

En ce moment, en Ontario, un propriétaire peut fixer le prix d’un logement vacant au prix qu’il désire.

Il faut que cela cesse, a déclaré la députée néo-démocrate Jessica Bell dans un communiqué publié mercredi.

Nous avons besoin d'un premier ministre qui se concentre sur le fait de rendre le logement abordable, pas d'un premier ministre qui prend plus d'argent aux gens.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !