•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa suspend les tests COVID dans les aéroports jusqu’à la mi-juillet

Un test de dépistage de la COVID-19 à l'aéroport.

La suspension des tests aléatoires dans les aéroports canadiens doit normalement prendre fin le vendredi 1er juillet.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral prolonge jusqu'à la mi-juillet la suspension des tests aléatoires de dépistage de la COVID-19 dans les aéroports pour les voyageurs entièrement vaccinés.

Un peu plus tôt, mercredi, le ministre des Transports, Omar Alghabra, disait qu'Ottawa envisageait une telle prolongation, en raison de la poursuite de la réflexion à propos de la façon d'effectuer ces tests à l'extérieur des aérogares du pays.

Le gouvernement canadien souhaite effectivement mener ces tests dans des commerces et des pharmacies, ou encore en ligne.

Cette suspension est entrée en vigueur le 11 juin dernier et devait prendre fin le 1er juillet.

Pour M. Alghabra, les tests demeuraient un outil important pour garder un oeil sur le virus et sur d'éventuels nouveaux variants.

Selon lui, ces tests servent ainsi de dispositif d'alerte pour le système de santé public.

Les autres mesures sanitaires en vigueur à la frontière, notamment les tests de dépistage aléatoires obligatoires aux points d'entrée terrestres pour les personnes pleinement vaccinées, sont maintenues au moins jusqu'au 30 septembre.

Quant aux personnes qui n'ont pas reçu au moins deux doses de vaccin contre la COVID-19, elles devront subir un test à leur arrivée, ainsi qu'au 8e jour après avoir franchi la frontière, en plus de se placer en quarantaine pendant 14 jours.

Ottawa maintient aussi l'obligation d'utiliser ArriveCan, sous sa forme mobile ou web, pour fournir les renseignements de voyage obligatoires dans les 72 heures qui précèdent leur arrivée au Canada ou avant de monter à bord d'un bateau de croisière à destination du Canada, à quelques exceptions près, mentionne le gouvernement fédéral par voie de communiqué.

Des tests rapides à environ 5 $ pièce

Le gouvernement fédéral a déboursé au moins 2,6 milliards de dollars pour environ 558 millions de tests de dépistage rapide de la COVID-19 depuis le début de la pandémie, ce qui équivaut à un coût moyen de près de 5 $ l'unité.

Ces acquisitions ont été faites entre le 1er avril 2021 et le 30 avril dernier, selon un document préparé par Santé Canada et récemment déposé au Parlement en réponse à la question d'un député conservateur.

Les données fournies permettent de calculer un coût de 4,66 $, en moyenne, pour chaque test.

L'Agence de la santé publique du Canada compte mettre un terme à ses envois aux provinces et territoires d'ici la fin de l'année, a signalé CBC au début du mois, en précisant que cette décision sera réévaluée d'ici là. Ottawa entend aussi maintenir une réserve de 100 millions de tests, a-t-on noté.

Avec les informations de Richard Raycraft, de CBC, et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !