•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada dirigera un contingent de l’OTAN renforcé en Lettonie

Le Canada va ouvrir de nouvelles ambassades en Estonie, en Lituanie, en Slovaquie et en Arménie.

Des chars dans un champ.

Des soldats américains ont participé à un exercice militaire conjoint avec le groupement tactique de l'OTAN en Lettonie, le 8 mars dernier, deux semaines après l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Photo : Getty Images / Paulius Peleckis

Radio-Canada

Le groupement tactique de l’OTAN que le Canada dirige en Lettonie sera considérablement renforcé, de manière à devenir une brigade « apte au combat », a annoncé mercredi la ministre canadienne de la Défense, Anita Anand, depuis Madrid, où elle participe au sommet des pays membres de l’Alliance.

Le Canada continuera de diriger ce groupement tactique, composé actuellement d’environ 2000 soldats provenant de 10 pays (Canada, Albanie, Espagne, Islande, Italie, Monténégro, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie), a-t-elle ajouté en conférence de presse aux côtés de son homologue letton, Artis Pabriks.

Mme Anand n’a cependant pas été en mesure de préciser combien de soldats d’autres pays viendront s’ajouter à cette force ni quelle contribution additionnelle le Canada y fera. Une brigade est normalement composée de 3000 à 5000 soldats. La date d'échéance pour parvenir à cet élargissement n'a pas été dévoilée non plus.

« Nous engagerons des troupes additionnelles avec nos alliés, mais nous devons avoir cette conversation sur les troupes additionnelles que seront fournies par les 10 pays membres. »

— Une citation de  Anita Anand, ministre de la Défense du Canada

Nous serons prêts à fournir les moyens nécessaires aux opérations, comme des munitions et des explosifs, des systèmes de défense antiaériens et des systèmes d’armes antitanks, a aussi dit la ministre canadienne de la Défense.

Le groupement tactique multinational de la présence avancée renforcée de l’OTAN en Lettonie est dirigé par le Canada depuis sa création, en 2017, dans la foulée de l’annexion de la Crimée par la Russie, trois ans plus tôt. Son renforcement s'explique par l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Environ 700 soldats canadiens participent actuellement à la mission de l'OTAN, que le Canada s'était déjà engagé à diriger jusqu'en 2023.

Mme Anand et M. Pabriks, assis, signent des documents. MM. Trudeau et Levits observent la scène.

L'engagement du Canada envers la Lettonie a été consigné dans un accord signé par la ministre canadienne de la Défense, Anita Anand, et son homologue letton, Artis Pabriks. Le premier ministre canadien Justin Trudeau et le président letton Egils Levits étaient également présents. Justin Trudeau Egils Levits Artis Pabriks Anita Annad

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le secrétaire général de l’Alliance transatlantique, Jens Stoltenberg, avait précédemment confirmé en ouverture du sommet des dirigeants des pays membres que les huit groupements tactiques de l’OTAN seraient transformés en brigade pour contrer la menace russe.

Outre la Lettonie, ces groupements se trouvent en Estonie, en Lituanie, en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie, en Bulgarie et en Roumanie. Tous ces pays faisaient autrefois partie du bloc de l’Est, dirigé par l’Union soviétique.

L’Allemagne et le Royaume-Uni ont tous deux récemment annoncé qu'ils étaient prêts à diriger des unités de combat plus importantes en Lituanie et en Estonie, mais le Canada était demeuré muet jusqu’ici sur ses plans en Lettonie.

Plus tôt dans la journée, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a annoncé que le Canada va ouvrir de nouvelles ambassades en Estonie, en Lituanie, en Slovaquie et en Arménie.

Elle a aussi fait savoir que le Canada discute avec ses partenaires européens, dont l'Espagne et l'Allemagne, sur la façon d'intensifier les exportations d'énergie.

Il est important d'aider [...] nos amis européens, a déclaré Mélanie Joly, en précisant que cela devait être fait d'une manière qui nous permette également de faire face à la question du changement climatique.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !