•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un individu au comportement instable inquiète des résidents de Kedgwick

Un groupe d'une dizaine de personne, dont certains avec parapluie, devant des véhicules et des arbres.

Le maire-adjoint de Kedgwick Cedric Léonard (2e à gauche) en compagnie d'un groupe de citoyens inquiets du rang Michaud.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Un individu au comportement erratique sème l'inquiétude dans un voisinage de Kedgwick, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Le rang Michaud est un endroit paisible, isolé et entouré de forêt, situé à environ trois kilomètres à l’ouest du cœur de la communauté rurale de Kedgwick.

Mais ce voisinage d’une quinzaine d'habitations ne vit pas la quiétude attendue.

Un homme, qui possède un historique de troubles mentaux et de consommation de drogue, sème la crainte dans ce secteur.

Un homme dans le bois, le visage est brouillé volontairement pour ne pas le reconnaître.

Un individu au comportement instable sème l'inquiétude dans un voisinage de Kedgwick, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

La situation perdure depuis des années, selon des voisins, mais rien ne semble possible pour la régler.

« Ça fait une dizaine d'années qu'il nous fait vivre l'enfer dans le rang. »

— Une citation de  Luc Croussette, résident du secteur

Les gens ont peur de passer près de son domicile devant lequel s'accumulent des débris et des structures bizarres.

Son comportement erratique, régulièrement capté en vidéo par Luc Croussette, est source de frayeur.

Plusieurs résidents du rang Michaud rapportent qu’il a été vu nu en pleine nuit en forêt, avec une scie mécanique dans les mains.

Les voisins le craignent et arrivent difficilement à fermer l'œil la nuit.

Ce n’est plus vivable. Ce n'est pas sain pour lui et ça attire la vermine, dit Rolande Sirois.

« C'est rendu que ma femme ne veut plus prendre sa marche de santé. Elle a peur. »

— Une citation de  Raoul Croussette, résident du rang Michaud
Femme à lunette portant un vêtement sur les cheveux et homme avec lunettes et casquette, posant devant des camionnettes.

Rolande Sirois et Raoul Croussette sont des résidents du rang Michaud.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Connu de la police

L'individu âgé de la fin quarantaine a une longue feuille de route judiciaire en raison de divers crimes mineurs.

Mais il finit toujours par revenir à son domicile où il vit seul, sans électricité, ni eau courante.

La police confirme qu’elle est appelée à intervenir régulièrement chez cet individu. S’il est parfois amené au poste, il revient immanquablement chez lui.

Homme avec t-shirt bleu pose à la caméra devant des arbres.

Luc Croussette réside près du rang Michaud à Kedgwick.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

La GRC, les travailleurs sociaux, tous les autres services ne peuvent rien faire. On dirait qu’il tombe dans une craque du système, ajoute Luc Croussette qui vit à proximité avec son fils de neuf ans.

Un problème communautaire

Parce que les agissements erratiques de l'individu s'étendent régulièrement jusqu’au village, le maire-adjoint de Kedgwick, Cedric Léonard, a pris le dossier en main.

Il énumère une série d’incidents que des citoyens de la communauté lui ont rapportés.

Homme avec barbe et chemin brun devant un long comptoir.

Cedric Léonard, maire-adjoint de la Communauté rurale de Kedgwick

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Entre autres, l’homme a jeté de la nourriture au sol à l’épicerie. Il a aussi volé et s’est caché dans les poubelles des citoyens.

« Tout le monde comprend que ça ne va pas avec lui. Mais tout le monde a les mains liées. »

— Une citation de  Cedric Léonard, maire-adjoint de Kedgwick

La municipalité a tenu des rencontres avec des agences gouvernementales et la police sans toutefois arriver à trouver une solution.

À la province, les ministères de la Santé et du Développement social expliquent qu’il existe des programmes pour aider les personnes aux prises avec divers problèmes.

Il existe notamment un programme appelé Service mobile de crise, qui vient en aide aux personnes en situation de crise.

Mais quand ça vient à assurer la sécurité d’un voisinage, cette responsabilité relève exclusivement de la police.

Maison verte avec un encombrement de débris, de briques et de voitures.

Résidence où habite dans le rang Michaud un individu au comportement erratique.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Une possible solution?

La municipalité explore présentement la possibilité d'utiliser un arrêté d'urbanisme pour les lieux inesthétiques afin d'évincer l'homme de sa maison.

Le maire-adjoint considère toutefois qu’il est anormal d’être forcé d’utiliser un tel chemin pour régler ce qu’il qualifie d'un problème de santé mentale.

En 2022, s'il y a une chose qui devrait être acquise, c'est de se sentir en sécurité chez soi, pense Cedric Léonard.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.