•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une gestion gouvernementale boboche, selon Kristina Michaud

Des drapeaux canadiens près de la colline Parlementaire, à Ottawa.

La députée bloquiste Kristina Michaud n'est pas tendre envers la gestion fédérale des dossiers chauds de la dernière session (photo d'archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Ç'a été une session parlementaire très occupée à Ottawa et dans sa circonscription pour la députée d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia. Kristina Michaud rapporte que son personnel a été très sollicité en raison des manquements du gouvernement dans la prestation des services à la population.

Dès le début de la session, son personnel politique a dû soutenir les gens de la région aux prises avec des retards ou des demandes sans réponse à l'assurance-emploi.

D’abord, dit-elle, ç’a été les fraudes à l’assurance-emploi et notre région a été majoritairement pénalisée en raison du travail saisonnier. On [le gouvernement] peinait à offrir ce service aux citoyens. On finit la session parlementaire avec les passeports. On [le gouvernement] peine encore à offrir ce service..

Elle avoue qu’elle a eu l’impression que les bureaux de députés étaient devenus une extension des services fédéraux. Mais on a été là pour les citoyens qui ne recevaient pas de services, assure Mme Michaud.

Kristina Michaud devant la distillerie Mitis.

Kristina Michaud, la député fédérale dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia (photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

La députée raconte qu’elle a même été interpellée par un pêcheur de poissons pélagiques de la circonscription voisine, touché par l’imposition d’un moratoire sur la pêche printanière imposé sans préavis par Ottawa à quelques semaines du début de la saison. C’est un pêcheur qui n’est même pas de mon comté. Je les ai rencontrés. Ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas beaucoup d’écoute du côté de la Gaspésie, dit-elle.

Les pêcheurs n’ont aucune idée de leur admissibilité ou non à de l'aide. C’est un peu un reflet de la gestion fédérale, observe la députée.

À cet exemple, elle ajoute celui de l’accueil des réfugiés ukrainiens, qui, d’après elle, a aussi été très improvisé. Tout le monde levait la main en région, même en Gaspésie, raconte Kristina Michaud. Après, on manquait d’information sur comment on pouvait aider. C’était difficile d’aller chercher des billets d’avion pour amener des réfugiés ici.

Environnement et inflation

Kristina Michaud retient de plus le mot inaction pour qualifier le travail du gouvernement de Justin Trudeau lors de la dernière session parlementaire. Que ce soit en matière d’environnement, d’inflation ou de règles sanitaires, elle évalue que le gouvernement Trudeau n’a pas su répondre aux attentes des citoyens.

La désorganisation a, selon elle, commencé dès le début de la session alors que le retour à la Chambre des communes s’est effectué sur une colline Parlementaire envahie par le « convoi de la liberté ».

Une foule de dos, avec des drapeaux du Canada qui flottent devant le parlement d'Ottawa. L'un des manifestants tient une pancarte avec le mot « Freedom » inscrit.

Une entrée parlementaire sur fond de klaxons (photo d'archives).

Photo : Facebook : @kristinamichaud.bq

Le dossier de l’environnement a aussi été traité sans égard à l’urgence qu’il réclame, selon Mme Michaud.

Elle croit que le gouvernement sera incapable d’atteindre les cibles qu’il s’est fixées. Il n’y a pas eu, relève la députée, beaucoup d’annonces pour dire comment on va aider les secteurs les plus polluants à atteindre leurs cibles. Ç’a été décourageant. C'est difficile de ne pas être cynique quand on regarde la politique environnementale du gouvernement en ce moment.

Porte-parole du Bloc québécois dans ce dossier, elle dénonce de nouveau l’approbation du projet Bay du Nord qui, dit-elle, ne nous aidera certainement pas à atteindre nos objectifs de réduction des gaz à effet de serre.

Kristina Michaud voit d’ailleurs la sortie de Steven Guilbeault sur l’imposition d’un décret pour protéger le caribou comme une manœuvre de diversion. C’est arrivé juste après Bay du Nord. J’ai l’impression que le timing a été choisi pour qu’on oublie l’autre décision qui venait d’être prise, observe Mme Michaud.

Steven Guilbeault lors de la période des questions à la Chambre des communes.

Le ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, a menacé d'imposer à Québec un décret sur la protection du caribou (photo d'archives).

Photo : La Presse canadienne / PATRICK DOYLE

Par ailleurs, la députée se dit insatisfaite de la réponse gouvernementale en matière d’inflation. C’est un problème qui touche tout le monde, dit celle qui ne voit ni politique ni solution pour aider les gens à faire face à l'augmentation du coût de la vie.

Formation à Paris

À peine la session parlementaire était-elle terminée que la députée d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia s’envolait pour Paris.

Kristina Michaud fait partie des 300 personnalités étrangères qui ont été invitées à participer à un séjour d’études personnalisé d’une semaine dans le cadre du Programme d’invitation des personnalités d’avenir (PIPA) par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Elle se rendra ensuite à Birmingham, au Royaume-Uni, pour assister à la session annuelle de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !