•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le service de police de Sudbury poursuivi pour discrimination contre une Autochtone

Tasha Beeds marche le long d'une route dans un habit rouge traditionnel.

Tasha Beeds a participé à une marche de gardienne de l'eau en Saskatchewan en 2021.

Photo : Avec l'autorisation de Tasha Beeds.

Radio-Canada

Tasha Beeds, une chercheuse autochtone, allègue qu’elle a été détenue illégalement par la police après avoir été victime de discrimination raciale de la part du personnel médical d’Horizon Santé Nord, selon une poursuite de 300 000 $ déposée en mars.

Mme Beeds affirme que la police de Sudbury l'a détenue en vertu de la Loi sur la santé mentale provinciale et l'a forcée à retourner à l'hôpital Horizon Santé Nord, selon la poursuite intentée contre l'hôpital et la police.

D'après les documents de cour de la poursuite qui ont été déposés en mars, Mme Beeds a quitté l'hôpital après avoir entendu le personnel médical rire, dire qu'elle cherchait juste à attirer l'attention et qu'elle était ivre après qu’elle s'est effondrée sur le sol et a perdu la maîtrise de ses fonctions corporelles.

Je ne veux pas que quelqu'un ressente ce que j'ai ressenti ce jour-là à l'hôpital, a-t-elle déploré.

Mme Beeds, qui est d’origine crie, donne des conférences à l'Université de la Saskatchewan et à l'Université de Windsor.

La police de Sudbury a déclaré par courriel qu'elle ne pouvait pas faire de commentaires, car l'affaire est devant les tribunaux.

La déclaration de défense de la police indique que les agents ont agi de manière prudente et circonspecte, conformément à la norme de diligence attendue de policiers raisonnables qui s'occupent d'une personne en détresse physique et psychologique apparente.

Horizon Santé Nord a précisé par courriel ne pas pouvoir faire de commentaires spécifiques sur cette affaire, mais que l'institution considérait sérieusement les plaintes liées à la discrimination.

Personne n'a essayé de m'aider

Dans sa déclaration de défense, Horizon Santé Nord argue qu'une infirmière a soigné Mme Beeds alors qu'elle était à l'étage, mais que celle-ci a commencé à injurier l'infirmière et à s'insurger contre le temps qu'il fallait pour la voir.

Tasha Beeds vue de face avec un chapeau et un chandail rouge.

Tasha Beeds a intenté une poursuite de 300 000$ contre le Service de police du Grand Sudbury.

Photo : Avec l'autorisation de Tasha Beeds.

Le document allègue que Mme Beeds a quitté l'hôpital contre l'avis de l'infirmière.

Mme Beeds nie qu'une infirmière ait essayé de l'aider alors qu'elle était allongée sur le sol ou que quelqu'un lui ait demandé de rester.

Personne n'a essayé de m'aider, affirme-t-elle.

Je suis infirmière depuis 45 ans et je n'ai jamais traité quelqu'un de la façon dont elle a été traitée, affirme Rose Beeds, la mère de Tasha Beeds.

Rose Beeds s'est rendue à l'hôpital ce jour-là pour donner des vêtements de rechange à sa fille.

Elle semblait avoir peur, croit-elle.

Tasha Beeds a finalement été examinée par un médecin. Après une analyse de sang, elle a reçu un diagnostic de virus gastro-intestinal présumé.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !