•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La qualité des eaux souterraines est préoccupante en Estrie

De l'eau souterraine sort d'une conduite reliée à un puits.

Sur la Terre, environ 98 % de l'eau douce disponible est de l'eau souterraine. (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Des organismes estriens spécialisés en gestion de l'eau veulent sensibiliser la population à l'importance de traiter cette ressource avant de la consommer. La qualité des eaux souterraines est préoccupante dans certains secteurs de la région selon eux.

C'est ce que révèle une vaste enquête sur les eaux souterraines de l'Estrie qui s'est terminée en mars dernier. Les résultats finaux de cette étude ont été présentés mercredi à Dudswell.

L'objectif du projet était d'améliorer les connaissances des organismes sur cette ressource, de manière à mieux la gérer dans le futur.

Plusieurs organismes ont collaboré au projet, dont le Conseil de gouvernance de l'eau des bassins versants de la rivière Saint-François (COGESAF).

L'arsenic et le manganèse sont des contaminants présents dans l'eau souterraine. Ce sont des contaminants naturels issus de la roche, mais quand même, on est venus confirmer qu'il y a des secteurs où c'est plus préoccupant. On a du travail à faire pour informer les gens par rapport à ça, a expliqué la directrice de projet au COGESAF, Julie Grenier.

Cette dernière n'est pas en mesure de préciser quels sont les secteurs les plus problématiques à l'échelle de la région. Le projet visait surtout à faire un portrait à l'échelle des MRC. En Estrie, en général, c'est important de faire analyser son eau pour s'assurer que celle qu'on pompe est de bonne qualité pour la consommation.

La recherche a, entre autres, été lancée parce que les données disponibles sur la qualité de l'eau en Estrie commençaient à dater. Les données les plus récentes qu'on avait dataient des années 1970. On n'avait pas eu d'autres analyses ou portraits de la qualité et de la quantité d'eau souterraine en Estrie depuis ces années-là. On avait besoin, surtout dans un contexte où les eaux souterraines sont de plus en plus exploitées, de mieux connaître cette ressource-là, ajoute Julie Grenier.

La directrice de projet au COGESAF assure que des initiatives seront mises en place dans la région au cours des prochaines semaines pour pousser l'enquête plus loin. On a déjà amorcé plusieurs chantiers en lien avec les connaissances acquises dans ce projet-là. Entre autres, on va travailler avec les municipalités pour faciliter l'analyse de la qualité de l'eau et aider les citoyens qui ont des puits individuels à faire analyser leur eau dans un bon laboratoire et à interpréter les données. On a aussi identifié avec les MRC les zones de recharge importantes pour nos eaux souterraines.

Par ailleurs, l'équipe responsable de l'étude n'a pas décelé de problématique quant à la quantité d'eau souterraine disponible dans les sols estriens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !